Gregory Isaacs

Merci de me recevoir.
Gregory Isaacs:
moi aussi je fais la promotion du Reggae, c’est pareil.

Vous avez des projets musicaux ?
Gregory Isaacs:
on est en train d’enregistrer un disque avec Bono de U2, c’est en train de se faire…

Et j’ai aussi entendu parler d’un concert avec le Bollywood Orchestra…
Gregory Isaacs:
ah oui, c’est vrai, ça sera en Irlande dans quelques mois.

Vous aimez donc les métissages musicaux ?
Gregory Isaacs:
oui, j’aime la musique dans son ensemble, j’aime la musique. La musique est un langage international, qui peut s’étendre sur toute la planète telle une épidémie, en d’autres mots la combinaison des instruments et des sons: la musique quoi! C’est vraiment une langue mondiale.

Vous avez enregistré un nombre impressionnant de disques. Savez-vous combien de LPs vous avez sorti ?
Gregory Isaacs:
Ah ça, c’est vrai. J’ai enregistré beaucoup de disques. Je ne sais pas combien, cent et quelques…

Quels sont vos souvenirs des sessions avec Junior Delgado et Dennis Brown ?
Gregory Isaacs:
c’est vrai, j’ai beaucoup travaillé avec eux mais c’était très spécial parce que nous étions des amis, nous avons fait plein de choses ensemble et j’ai aussi enregistré « Gregory Isaacs Sings Dennis Brown » pour mon ami parce que j’aime son travail.

Et vous avez un mot à propos de Miss Lou ?
Gregory Isaacs:
Miss Lou tu vois c’est triste mais elle est morte et ça c’est le seul cadeau que Dieu fait à tous les hommes : La mort ! Tu vois, c’est comme ça, jusqu’à aujourd’hui on n’a jamais vu un homme souffler les bougies du gâteau de son 200ème anniversaire… (rires)
Tout ce qui naît est destiné à mourir.

Je ne parlais pas de sa mort mais de ce qu’elle a fait de son vivant, de l’héritage qu’elle laisse derrière elle…
Gregory Isaacs:
Ah ! Elle a fait un travail merveilleux. Vraiment elle a fait de grandes choses qui resteront gravées dans les mémoires de tous les jamaïcains !

Certains disent que vous êtes fatigué et vous attendent au tournant qu’avez-vous à leur dire ?
Gregory Isaacs:
(rires) Et bien, tu jugeras toi-même quand je vais jouer là tout à l’heure ! Et puis ils verront comme je vais mettre le feu à Paris man !

VN:F [1.9.22_1171]
Note: 10.0/10 (1 vote)
Gregory Isaacs, 10.0 out of 10 based on 1 rating