sly robbie   unmetered taxi

Sly & Robbie - Unmetered Taxi

Label: Pressure Sounds
Année: 2004

C'est par une Taxi Productions que je commencerai. Et celle-ci est la pierre angulaire de tout inconditionnel du Reggae Dub. Lowell 'Sly' Dunbar et son compère Robbie Shakespeare ne sont plus des novices depuis longtemps, et par cette galette imposante ils veulent nous démontrer leur savoir-faire sans pareil.

"You have to learn every day. Every day I get up to learn something new."

Certains les connaissent sous le pseudo des "Rhythm Twins" ou le "Duo Dynamique". Alors que le Dub a vu mettre en haut de l'affiche des ingénieurs du son tel King Tubby ou Lee Perry, il a permis également de faire sortir du lot ce couple de musiciens. Tous deux plongés dans la musique jamaïcaine depuis le début, une fois réunis ils mettront tout leur amour de la musique à essayer de retranscrire le cachet des versions et autres dubplates des soundsystems... Les retranscrivant en live, les perfectionnant en studio, accompagnés par la voix de Michael Rose et le synthé de Duckie Simpson, pour donner un des meilleurs albums de cette petite île des Caraïbes: "Black Uhuru". Car les deux inséparables ne sont pas que musiciens, mais aussi producteurs et arrangeurs de génie. Leur renommée a traversé les océans, leur permettant de multiplier les collaborations internationales en tous genres. Si Gainsbourg a fait appel à eux ce n'est pas un hasard. Mais les inventeurs du "Rockers", fameuse rythmique changeant la face du Dub et du Reggae Roots à tout jamais, sont surtout mêlés à des noms tels Ansel Collins, Aston Barret, Boris Gardiner, China Smith ou Max Romeo pour ne citer qu'eux.

  • "Revolution"
    Ici, ils partageront leurs rythmes envoûteurs avec Dennis Brown, The Viceroys, The Tamlins, Amblique, Struggle. La pochette elle-même retranscrit bien l'époque où la plupart des tunes de l'album furent créées, un fond cartonné pour seul support d’une musique simple mais grandiose. Tout commence par "Revolution" de Dennis Brown qui appelle au combat. Ce héros des soundsystems sait y faire, couvrant avec grâce le jeu habile de LA section rythmique. Néanmoins, c'est en passant à la suivante que l'on comprend pourquoi les jumeaux ont changé la musique contemporaine. Le jeu de caisse claire unique de Sly, sa signature passée à la moulinette des effets démontre bien que Dennis Brown n'a pas eu à forcer pour que sa "Revolution" devienne magique et inévitable. Robbie, peu causant dans la vie, l'est sans commune mesure via sa basse. Sa respiration est ample. L'écoute se fait forcément sous les meilleurs auspices! La Dubplate Mix qui en découle est quasiment divine, mêlant la puissance des deux précédentes... Une voix plus en sourdine, s’alliant allègrement à la basse. Le jeu sans fioriture du batteur à l'allure d'un célèbre plombier au bonnet rouge laisse passer le flot.
  • "Shine Eye Girl"
    C'est au tour des Viceroys d'arriver dans un crissement de pneu... Le hoquet de la basse, le pilonnage de la grosse caisse... ça sent la route l'été, les vitres baissées, l'insouciance. Ce chant langoureux ne laisse pas de pierre (sic). "Heart Made Of Stone" est ponctué des affolements de Sly à la caisse claire. Encore une fois, la version démontre pourquoi tant de chanteurs essayent de pénétrer le Mixing Labs, la quête du son ultime de la paire rythmique, ce perfectionnement poussé a l'extrême avec ce crapaud anémique en ponctuation. Dès les toutes premières secondes du morceau suivant, on discerne ce qui en a tant fait plonger dans cette musique. Michael Rose au micro pour ce "Shine Eye Girl" toujours lancinant... La version recommence déjà sur le chant d'orgue, la profusion d'effets et la percussion, prouvant encore une fois leur virtuosité. Tout est placé: c’est tellement propre que s’en est aussi beau qu'un silence.
  • "Feel high so high!"
    "Real Love" des Tamlins est forcément beaucoup plus "Lover" mais groove méchamment. C'est chaud et le bip bip du synthé rappelle un chaloupé amoureux. Mais ce n'est rien comparé à "Rocky Music" de Struggle. La basse accompagne bien ce déferlement de bons sentiments, c'est l'apogée de la partie « love » de cette compilation. Le "Music Dub" suivant met en avant le travail de Sly qui, se basant sur la simplicité de la ligne de son compère, explore tout le potentiel des effets à sa disposition. C’est "monstrueux" ce qu'il fait! On en revient aux Tamlins avec le chant "Baltimore" accompagné par des choeurs et juste un soupçon de cuivres... Le rythme est plus en adéquation avec la conscience et les problèmes sociaux. Un cheval au trot, incapable d'aller plus vite, freiné par le poids des difficultés mais qui doit continuer à avancer pour vivre: c'est ce que rappelle le riddim, ralentissant pour les « ponts » mais ne lâchant jamais le tempo. The Wailing Souls, avec "Old Broom", restent dans ce contexte social: l'histoire du ghetto que certains oublient un peu vite une fois que la réussite leur sourit. Ce morceau fait redescendre la pression à l'image du meuglement du début. L'arrangement reste toutefois à la hauteur. C'est qu'ils sont pointilleux les jumeaux!
  • "Tickle Me"
    Jimmy Riley arrive avec son "Love & Devotion" pour un instant plus « cool & love »...
    Cependant, Sly a décidé de s'acharner sur le charleston avec caisse claire sèche, Robbie lui répondant avec une basse plus ronde et gourmande. C'est toujours ça avec eux: ils sont absolument complémentaires. Si un est mordant, l'autre sait se rendre doux pour que le morceau soit uniforme. "Tickle Me", ça démarre avec une intro de Robbie, annonçant une longue phrase de sa part pendant que sa moitié se veut métronome. "Thriller" est à la limite du toast tout en gardant sa place. La version ronfle, ils sont tous les deux lâchés en plein boeuf pour leur plaisir, et pour le nôtre. C'est sur un "Taxi" des Amblique que ce best of finit, beaucoup plus posé, limite jazzy, sans doute grâce aux incursions du saxophone ou encore des slaps de Robbie. Cet album s'arrête sur cette touche, comme pointant du doigt l'expérience et la volonté d'innover de Taxi Records, label de la paire rythmique. Une heure quinze de Reggae Roots accompagné à chaque fois de leur Dub, rappelant encore et toujours que c'est Sly & Robbie qui invitent et non l'inverse, et que grâce à leur persévérance et leur envie de se sortir du lot, ils ont influencé à tout jamais le Reggae et particulièrement le Dub. Double LP ou CD à posséder ou à connaître, et à écouter « strickly roots » (très fort).

Tracklist :

  1. Dennis Brown - Revolution
  2. Sly & Robbie - Version
  3. Dennis Brown - Revolution
  4. The Viceroys - Heart Made Of Stone
  5. Sly & Robbie - Version
  6. Black Uhuru - Shine Eye Girl
  7. Sly & Robbie - Version
  8. The Tamlins - Real Love
  9. Sly & Robbie - Version
  10. Struggle - Rocky Music
  11. Sly & Robbie & The Taxi Gang - Music Dub
  12. The Tamlins - Baltimore
  13. Sly & Robbie & The Revolutionaries - Version
  14. The Wailing Souls - Old Broom
  15. Sly & Robbie - Version
  16. Jimmy Riley - Love & Devotion
  17. Sly & Robbie & The Revolutionaries - Drunken Master
  18. Thriller - Tickle Me
  19. Sly & Robbie & The Gang - Version
  20. Amblique & Brian & Tony Gold - Taxi
  21. Sly Dunbar - Unmetered Taxi
No votes yet.
Please wait...