heart of the congos 2

The Congos - Heart Of The Congos

Label: Black Ark
Année: 1977

Tous les morceaux de cet album sont bons, mais certains d’entre eux sortent du lot. Produit en 1977, Lee Perry nous offre une grande variété au niveau de la production et de la couleur musicale, ce qui met idéalement en valeur la voix haut perchée de Cedric Myton, bien contrebalancée par la basse d’Ashanti. Les choeurs, assurés par des grands noms comme Gregory Isaacs, les Heptones ou encore les Meditations, utilisés eux aussi comme un instrument, contribuent à souligner les voix des deux chanteurs. Cet album est considéré par beaucoup comme la meilleure production du « Scratch » avec "Beat Down Babylon" de Junior Byles. Malheureusement, il n’a pas connu le même succès, et est resté relativement peu connu du grand public jusqu’à sa récente réédition par Blood & Fire.

"Fisherman" vante les vertus d’une vie simple et en harmonie avec la nature (ça me rappelle un peu le Countryman) de façon assez festive. Derrière celui-ci, Lee Perry nous balance deux morceaux hypnotisants: "Congoman", sur un riddim très simple et assez répétitif qui monte vite au cerveau; suivi d’un vrai petit bijou, un des deux meilleurs titres de l’album, qui traite de la repatriation, sujet cher aux rastas, "Open the Gate". Ce morceau est parfait dans sa réalisation, car non content d’avoir créé une belle chanson au niveau des paroles et de la musique, les Congos nous ramènent, pendant un peu plus de 4 minutes, à notre Ethiopie natale, d’où nous sommes tous originaires. Les chants sont des vrais psaumes qui célèbrent le pays des origines et le créateur (le « Mighty Redeemer ») et touchent l’auditeur au plus profond de son âme. Et que dire de ce morceau en live... Voila un morceau qui fait frissonner à chaque écoute, même 8 ans après sa découverte.
La suite est un peu plus légère, avec et "Children Crying" et "La La Bam-Bam". Bien que les thèmes abordés restent sérieux et revendicateurs, la couleur musicale des morceaux est un peu joviale.
On retrouve l’ambiance sombre et caverneuse du conscious roots avec "Can’t Come In".
"Sodome And Gomorrow" et "The Wrong Thing" sont de très bons morceaux, et constituent une bonne transition avant le deuxième chef d’œuvre présent sur cet album: "Ark Of The Covenant".
Je ne sais pas trop comment qualifier ce morceau, tant il me laisse sans voix à chaque fois. Pour moi, il symbolise exactement ce qu’on l’on décrit par Reggae Roots: conscious lyrics, qui fait allusion à l’arche de Noé, qui sauva du déluge des représentants de chaque race, même des fourmis (ce qui montre que Jah prend soin de toutes ses créations, même les plus infimes).
Après une telle émotion, on n’entend presque plus les trois derniers morceaux, "Solid Foundation", "At The Feast" et "Nicodemus", qui concluent l’album de façon un peu plus légère, mais qui valent également le détour.

Globalement, cet album très conscious varie entre des thèmes musicaux joviaux (un peu dans l’ambiance rejoice), et morceaux très sombres qui rappellent la mère patrie et les origines de l’humanité. Rarement la musique a pris une telle dimension mystique dans le Reggae, c’est pourquoi cet album a une telle importance à mes yeux.
La réédition CD de Blood & Fire comporte également les versions Dubs (très bien réalisées) de l’album.
Bref ce disque est un must pour tout amateur de Reggae qui se respecte.
Depuis, les Congos ont enregistré plusieurs disques ensemble et séparément (dont l’excellent "Image Of Africa"). Ils se sont reformés récemment, ont enregistré un album et tournent un petit peu en Europe. Un seul conseil, s’ils passent près de chez vous, courez les voir, vous ne serez pas déçus!

Tracklist :

  1. Fisherman
  2. Congoman
  3. Open Up The Gate
  4. Children Crying
  5. La La Bam Bam
  6. Can't Come In
  7. Sodom And Gomorrow
  8. The Wrong Thing
  9. Ark Of The Covenant
  10. Solid Foundation
  11. At The Feast
  12. Nicodemus
No votes yet.
Please wait...