38dubband

38 Dub Band

Zoul, bonjour et bienvenue. Merci de venir jusqu'ici me rencontrer...
Zoul:
Non mais tu rigoles, merci de m'accueillir !

Comment présenterais tu 38 Dub Band pour ceux qui ne connaissent pas encore ?
Zoul:
Pour ceux qui ne connaissent pas : c'est du Reggae instrumental, très Dub aussi, mais Roots Reggae, très cuivré. Il n'y a pas de chanteur, ce sont des compos originales et c'est aussi 3 albums maintenant: on vient de sortir le tout dernier !
38 Dub Band, c'est un concept musical, avec une équipe très soudée qui a légèrement évoluée sur plus de 10 ans, oui déjà 13 ans même en fait qu'on se bat pour l'instrumental et là, on vient présenter le petit dernier : "Red Light".

Vous étiez à Paris au départ de cette aventure ?
Zoul:
Oui, c'est ça et en 2001 la moitié du groupe est venue habiter dans le Sud, les autres sont restés à Paris et tout le monde depuis 2001 fait avancer ses projets musicaux à droite et à gauche parce que en fait personne ne s'occupait du groupe au niveau management, au niveau de la production il n'y avait plus rien, on s'est un peu fait escroquer par le dernier producteur. Et puis on a eu des gros coups durs, des personnes qui sont décédées dans le groupe, et malgré que l'on soit toujours soudés dans le concept, dans la musique et dans l'amitié, certains ont bougé dans le Sud et d'autres sont restés à Paris. Tous ces évènements ont un peu mis les choses en « stand-by » et il ne s'est plus rien passé de 2001 à 2005. Et là, 2006, j'ai produit cet album. J'ai réuni toute l'équipe, quasiment au complet avec Timour Cardenas qui a réalisé les prises de sons et le mix.

Vous aviez déjà travaillé avec lui sur un précédent album, non ?
Zoul:
Oui, "Volume One", et pour le tout premier, le 5 titres c'était Blood Shanti le grand batteur incontournable londonnien, le frère d'Aba Shanti, le chanteur de Shanti Ites. Donc voilà, j'ai pu réunir toute l'équipe en octobre dernier et le temps de tout enregistrer, de mixer, de faire la pochette... J'avais les premières copies en juin. Et on est très fiers de ce travail, et le son est encore meilleur que celui d'avant! On est toujours là ! Et on va essayer d'en vendre un maximum sur Internet et pourquoi pas un label, une distribution...

En autoprod ?
Zoul:
Oui, pour l'instant c'est une autoprod totale

Vous aviez fait beaucoup de scène, ça ne vous manque pas après toutes ces années ?
Zoul:
Ah ça oui ! Pendant 6 ans, jusqu'en 2001, on a vraiment fait beaucoup de scène et j'éspères bien que ce disque va relancer cette énergie même si chaque membre du groupe travaille dans différents groupes de Reggae ou de Jazz et est pas mal pris mais on est tous super motivés ! Ils suffit que j'ai du travail pour eux !

C'est toi qui gère le management ?
Zoul:
Pour l'instant je me bats pour ce disque et après on verra, évidement j'aimerais bien qu'un label soit intéressé, nous mette dans les mains d'un tourneur, après si personne n'en veut on vendra sur Internet, téléchargement et correspondance, et je trouverai des dates.
On a toujours beaucoup été diffusés en radio, je veux absolument que ça reprenne avec ce disque. Il faut relancer toute l'activité pour essayer de la remettre au moins au niveau de 2001. Je sais qu'il y a beaucoup d'endroits qui nous attendent, car quand on tourne avec d'autres groupes, les gens se souviennent très bien de 38 et réclament ! Les concerts du 38 sont des bons souvenirs pour beaucoup de monde! Et puis nous, on a hâte, c'est clair !

D'ailleurs, pourquoi 38 ?
Zoul:
On s'est rencontré au 38 avenue Claude Vellefaux à Paris. On étaient 3 apparts voisins, au bout d'un moment on a monté le groupe et avant même ça, on disait « on va au 38 » pour parler de la maison...

Tout le monde était musicien ?
Zoul:
Pas tout à fait. Il y avait une équipe de jazzmen et des autodidactes comme moi qui avons commencé avec le groupe, il y a 13 ans. Je ne faisais pas de musique avant. Par contre toute une partie du groupe était à l'école de Jazz, au CNSM ou à la Sorbonne en musicologie et qui jouait déjà du Jazz. Ceux qui ne jouaient pas écoutaient du Reggae, on leur a fait écouter notre son, genre Skatallites et le 38 Dub Band est né. Dans la section cuivres, il y a quand même au trombone Jerry Edwards, qui a joué avec les frères Belmondo, avec Ray Charles et avec les meilleurs jazzmen en France ! Au sax tenor, Mathias Luszpinski, qui a aussi joué avec les meilleurs jazzeux dont Stéphane Guery, le guitariste, donc vraiment des grandes pointures et le sax alto, pareil, il a été élevé au bop, à Coltrane, à Parker. Donc bien imprégnés de Jazz mais aussi avec l'amour des Skatalites et beaucoup de Dub à la King Tubby, Lee Perry et tous les chanteurs jamaïcains aussi mais c'est vraiment dans l'esprit Skatalites, l'Alpha School, vraiment garder le Jazz, le Ska, le Mento, le Reggae...

Vous avez déjà fait du backing ?
Zoul:
Non, on n'a jamais backé une pointure. Au tout début du groupe, on avait un chanteur mais on a vite basculé sur du pur instrumental et c'est ce qu'on défend un maximum : l'instrumental.

Comment choisissez vous les titres ?
Zoul:
(rires) En fait, c'est le compositeur qui choisit les titres. Notamment les noms de planètes, je peux expliquer : c'est Olivier Mellet dit 'Mars' qui est un peu bloqué sur les astres. Il les a presque toutes faites (rires), ses compos ont le nom d'une planète. Pour les détails, il faut voir avec lui !

Et que penses tu d'Internet comme outil de promotion ?
Zoul:
Je suis plein d'espoir envers Internet, particulièrement avec le site que l'on vient de finir 38dubband.com, pour faire savoir à tout le monde qu'on est toujours là, pour essayer de diffuser notre son et pourquoi pas à l'international! Le fait justement que ce soit instrumental abat les frontières. J'aimerais vraiment qu'on diffuse loin! Tu peux acheter "Red Light" mais tu trouves aussi sur le site des morceaux en écoute et les 2 disques précédents...

En vente ?
Zoul:
Tu peux trouver "Red Light" sur notre site 38dubband.com en téléchargement pour un euro le morceau ou par correspondance. Ce disque auto-produit est donc aussi auto-distribué, les recettes des ventes vont sur le compte associatif loi 1901 du 38 pour la production de prochains disques. Internet nous permet de contrôler à moindre frais la distribution et nous préserve des mauvaises surprises du dernier disque : le producteur "Olympics Records" n'a jamais respecté nos droits d'artistes sur la vente des disques, sur la présence des morceaux dans de nombreuses compilations nationales et internationales...
En tout cas, grâce à Internet, on peut diffuser et vu que je n'ai pas les moyens de le mettre en bacs moi-même, parce que c'est beaucoup de frais pour après se faire croquer de l'argent un peu partout, et il faut faire une grosse pub, tout ça... Alors même si aucun label n'est intéressé par ce produit fini ou pour des co-prods plus tard j'espères qu'on s'en sortira grâce à Internet. Au moins, il va exister un minimum parce que cet album "Red Light" on en est vraiment très fiers et on a bon espoir, même sur l'international ! Le son de ce disque est excellent, c'est top qualité. C'est Timour qui a tout contrôlé de A à Z et tu sais, il a mixé 3 morceaux pour le maître Lee Perry ! C'est pour dire comme il est monstrueux Timour et puis avec lui c'est la vibe. Sur les dubs, on lui a laissé les morceaux, il en a fait des bijoux, il a travaillé dans la lignée des Tubby, Perry, Scientist, tout ce qu'on aime. C'est l'autre volet de 38, t'as l'instrumental mais il y a toujours, en tout cas sur les disques, une partie très Dub, comme avec Blood Shanti : On lui a laissé 2 morceaux, 2 dubs « vas-y ! fais ce que tu veux ! » et nous derrière à kiffer parce que c'est magique ce genre de sons, on adore !
J'ai remarqué aussi que le 38 Dub Band est très fédérateur. Quel que soit le style de musique que les gens écoutent, le 38 ça plaît, des belles compos avec un groove jamaïcain qui donne envie de danser...

Qui compose ? Comment vos morceaux se construisent-ils ?
Zoul:
En fait, ils sont 4 à composer et ils sont arrivés avec les morceaux « clefs en mains », tout sur partition, parfois des versions jouées midi mais ils sont à chaque fois signés d'une seule personne. Les principaux compositeurs sont 'Momaï', le bassiste et saxophoniste alto, 'Mitch', le guirariste soliste et bien sûr Olivier 'Mars'. Chacun amène ses idées sur sa partie mais le plus gros est fait, on a déjà les grilles.

Il n'y a plus qu'à refaire de la scène maintenant !
Zoul:
En tout cas nous, il nous tarde ! Et on a des sacrés bons souvenirs de scène : on a fait une première partie de Culture, ou un New Morning à nous tous seuls et des tas d'autres et ça passe bien avec le public l'instrumental. En live, il y a aussi une partie très Skatalites, copieusement vivant, groovy, moins Dub, mais si Timour nous fait le son en live c'est du Dub en direct: terrible !

Et vous écoutez quoi comme musique ?
Zoul:
J'aime plein de styles et pas forcément du Reggae. Le Jazz, du Dub, du gros Ragga hardcore, mais mon grand kiff c'est Skatalites, Jackie Mitoo, Don Drummond en solo et avec leurs orchestres et aussi King Tubby, Lee Perry, les Gladiators et toute cette culture... Mais en fait, je suis fan des musiques jamaïcaines de toutes époques du Mento à aujourd'hui, j'aime aussi toute cette vague « conscious ». Le bassiste, lui, était très Roots et puis il a vrillé Nuroots. On a des amateurs de Jazz bien sûr, en fait les influences sont très diverses.

Vous ne vous montrez pas sur les disques, c'est intentionnel ?
Zoul:
(rires) Non, c'est pas qu'on ne veut pas montrer nos ganaches mais on a une graphiste, Marine Luszpinski, qui travaille avec nous depuis quelques années, elle fait des caricatures et elle fait un beau travail !

Un dernier mot pour nos lecteurs ?
Zoul:
il faut vraiment que vous veniez écouter "Red Light" ! Il y a des extraits en écoute sur 38dubband.com, vous serez vite conquis !
Et en attendant d'avoir le plaisir de vous croiser sur les scènes de France et de Navarre, portez-vous bien !

No votes yet.
Please wait...