Lyricson

Lyricson

Peux tu nous rappeler ton parcours musical, tes débuts jusqu'à ton album sorti fin 2004 ?
Lyricson:
J'ai commencé la musique relativement jeune, au début des années 90, en Guinée, c'était dans un groupe de rap, je faisais les parties toastées.
Apres la Guinée, j'ai un peu fait le parcours du combattant, en France, aux Etats-Unis, aux Antilles, où j'ai toujours continué dans ma musique, dans ma voie : le Reggae.
Aujourd'hui je suis en France, j'ai participé à quelques tournées ici et là, notamment Assassin et Manu Chao.

A ce propos comment s'est passée ta rencontre avec Manu Chao ?
Lyricson:
Ce sont les pouvoirs mystiques du Père Tout Puissant qui ont fait que les esprits puissent se rencontrer. Le frère était à ce moment là à la recherche d'un chanteur, Jah à mis un chanteur à sur sa voie et puis moi il m'a mis sur sa voie comme il vient de vous mettre JAHSound.net sur ma voie, c'est comme ça, ce sont les pouvoirs mystiques.

Ton nom sur les compiles auparavant apparaissait comme BJP, pourquoi as-tu changé de nom ?
Lyricson:
BJP, c'est comme un changement de peau, je n'ai pas changé de style mais le message a changé, le chant à cette époque était beaucoup plus Dancehall, Hip-hop.
Lyricson maintenant ça veut dire fils de la parole, c'est plus une orientation Rastafari.
Rasta m'a appelé à ce moment là, il y a quelqu'un une fois qui m'a demandé "Est ce que Lyricson c'est ton nom ?", je lui ai dit oui c'est mon nom, c'est le nom que Jah m'a inspiré.

Peux tu nous faire une présentation du Black Unite Crew ?
Lyricson:
Le Black Unite, c'est un crew qui comporte à peu près une vingtaine de DJs, ce sont des frères comme le nom l'indique il n'y a que des noirs dedans, des noirs de France, c'est-à-dire des Antilles, des Africains, ce sont les enfants de l'esclavage, de la colonisation qui se retrouvent sur la Terre, on est tellement bien en France !
On est là sous le nom de Black Unite, Almighty SoldJah, les soldats de Jah parce que c'est encore Jah qui a réuni ces gens là, plusieurs catégories, toutes générations confondues : il y a des jeunes, des anciens DJs, par exemple Lord Delfi, un peu le doyen, les plus jeunes comme Galva, Suga Moss, Madanass, le frère jumeau d'Apache, Mantoff.
C'est un crew qui a pour but de promouvoir la musique à travers les soirées que nous faisons, la sortie d'un DVD qui date d'un an, une compile qui va sortir dans pas longtemps et des futurs travaux qui sont en chantier. A travers la scène également comme vous avez pu le voir ce soir, comme on essaye de faire.
Maintenant, c'est un crew qui n'a pas 50 milliards dans les poches donc on fait avec les moyens du bord, donc chaque projet est géré par les membres du crew, on n'a pas d'aides extérieures pour l'instant, on fait comme on peut.

Par rapport à ton album "Born 2 Go High" : pourquoi tant de diversité ? C'est un album différent de ce que l'on avait pu entendre de toi auparavant...
Lyricson:
Je fais sur des musiques qui me plaisent à la base, il n'y a pas à vouloir faire des musiques différentes !
Ici en France, j'ai eu la chance d'avoir des frères comme Special Delivery qui ont acceptés d'investir sur moi financièrement parlant.
On a pu avoir des bonnes musiques, de bons musiciens mais je ne peux pas dire qu'en France ici on soit spécialement connaisseurs, les bons musiciens sont difficiles à réunir, des fois c'est plus difficile de trouver la musique en France plutôt qu'ailleurs. Donc sur mon disque, j'ai réuni des musiques qui me plaisent, je suis très content de ce disque.

Qui sont tes musiciens, le backing band ?
Lyricson:
Le Fire House surtout, une instru composée par Steven Stanley et son assistant Paul, un jeune du Black Unite, qui s'appelle Ghos't qui a composé deux sons : "Someday Someway" et "Gipsy".
Il y a Animalsons qui a composé 4 instrus. Animalsons ne sont pas spécialisés Reggae du tout, ils jouent avec Bouba. Les musiques qu'ils m'ont fait écouter étaient différentes, ça m'a plut, je trouvais ça organique, quand j'ai écouté ça dans leur studio, j'ai trouvé que c'était frais comparé à ce que l'on entend dans les albums de Reggae d'habitude. Les albums d'artistes Reggae que j'apprécie beaucoup sont ceux qui sont variés.
Jah donne la vie, je ne sais pas combien de temps elle va durer, peut être en effet que je reviendrais plus proche de mes premières amours, je suis encore jeune, je vais avoir 26 ans... Quand je fais un travail, j'apprécie l'inspiration du moment, après je laisse cette musique faire son travail dans le coeur des gens... Après moi j'évolue, peut être que les gens restent bloqués sur les choses d'il y a 4/5 ans c'est normal, je ne vais pas leur en vouloir pour ça !
En tout cas je ne cherche pas non plus un nouveau public, je fais la musique comme elle me vient, les gens ne me suivent peut être pas toujours.

Est-ce que tes premiers titres tels que "Bad Load" seront un jour réédités ?
Lyricson:
Il y a un problème qui se passe dans le milieu de la musique, quand tu joues en studio, la musique appartient aux producteurs, c'est lui qui décide s'il réédite ou pas, je n'ai aucun pouvoir là dessus...

Il y a pourtant des demandeurs...
Lyricson:
Je comprends ça parce que la musique quand elle touche quelqu'un je ne peux pas combattre ce sentiment là, cette notion là qu'il y a entre le public et la musique. Ça me fait mal que ces morceaux là ne soient pas plus accessibles... Mais je ne peux rien y faire !
Quand j'ai fait ces morceaux j'étais tout jeune, ma fille venait de naître, je me souviens c'était frais, aujourd'hui où sont-ils ? Qui a quoi ? Qui a les originaux ? Je n'en sais rien...

C'est un problème propre au Reggae ?
Lyricson:
Le Reggae à d'autres problèmes mais ça c'est une part du problème !
Donc la réédition de ces titres là serait sûrement une bonne chose pour moi, pour le public, maintenant il faut aller voir les producteurs...
Par exemple si tu fais une réédition de Bob Marley, tu peux pas aller demander à Bob Marley ou ses enfants, tu vas demander à Coxsone Dodd ou à Lee Perry, ce sont eux qui ont le droit de faire ou ne pas faire. Coxsone est mort, personne ne peut rien faire, avec tous les sons qu'il a là, c'est une mine d'or et on ne peut rien faire, il était le seul, mais un producteur, c'est sa musique, ça a été enregistré dans son studio, il n'y a pas d'autres propriétaires.

Qu'est ce qui t'a poussé à faire un featuring avec MC Jean Gab'1 ?
Lyricson:
Gab'1, quand j'ai écouté son album, j'ai trouvé que c'était un bon lyricsiste et qu'il avait une voix Hip-hop assez ghetto, même si c'était un badman avant, quand j'ai écouté son album, il y a tout un truc sur le personnage qui m'a plu, et cette collaboration m'a été proposée par un collectif qui s'appelle Round Things et quand ils m'ont proposés ça, ils avaient déjà l'idée du featuring.
Gab'1 aussi controversé soit il, ce n'est pas ce qui m'intéresse chez lui. Ce que j'aime chez lui c'est son écriture et sa verve. A part le "J't'Emmerde", il a une façon de parler le parigot comme on dit chez nous qui est assez poétique, dans le style je dirais un poète brute, un Basquiat, un gars qui est artiste mais qui va te faire des graffs terribles dans la rue, par terre, sur la poubelle, et puis il y en a qui le voit et d'autres vont découper la route pour avoir le truc encadré chez eux !
Je crois que Gab'1 est quelqu'un qui a donné un sacré coup au Rap français, c'est un gars qui s'est installé avec un disque, il y en a ça fait 10 ans qu'ils sont dans le paysage français, ils galèrent et lui il sort de tôle, il vient avec sa plume, il a des textes supers engagés. Quand tu écoutes l'album tu oublies le côté "J't'Emmerde".

Quels sont tes projets ?
Lyricson:
Day after day... Nous on est des ghetto youth donc day after day, pour l'instant on a beaucoup d'ambitions mais des fois les moyens ne sont pas là, ou le temps... Jah fait les choses bien, même cette rencontre, aussi normal puisse-t-elle paraître je pense que c'est le pouvoir de Jah encore une fois. Le plus tu vis, le plus tu apprends...
Demain, on a comme projet de travailler sur un prochain disque, quelque chose de beaucoup plus Roots, du lyrics, mon nom c'est lyricson, c'est-à-dire donner du lyrics aux gens...
Je travaille tous les jours, même quand je dors! Des projets aussi avec le Black Unite...

La soirée du Black Unite à Paris a remporté un grand succès...
Lyricson:
On a fait deux soirées en fait, la deuxième est en préparation pour le prochain DVD.
Je ne veux pas me justifier sur votre site, mais on avait une tournée de prévue en décembre dernier qui a été annulée parce que nous avons eu des problèmes avec le tourneur encore une fois, donc aujourd'hui on se méfie pour annoncer des tournées !
Ce que l'on peut annoncer, c'est que l'on travaille tous les jours pour que notre travail soit entendu, day after day... Mais l'ambition est grande !

Est-ce que tu as d'autres univers musicaux que tu aimerais bien explorer, tel le son UK, poser sur des productions de Jah Warrior par exemple...
Lyricson:
Je vais justement aller en Angleterre, je ne suis pas à la recherche du son anglais, le digital ou le dub comme ça, un son sur un album, bien dubbé ça me suffit. Du dub sur tout mon disque, je supporterais pas, je m'endormirais !

Lyricson sur du Stepper, ça aurait pu être intéressant...
Lyricson:
Ça c'est entièrement possible, c'est le feeling que tu as avec le son, j'aime le son digital mais si tu me demandes de choisir je dirais Bobby digital, plutôt que n'importe quel anglais. Bien que les anglais soient spécialistes du Dub, je me demandes si je n'irais pas chercher mon Dub en Jamaïque. Je trouve que les anglais ne prennent pas beaucoup de risques. En Jamaïque, il y a beaucoup plus d'ébullition au niveau des compositeurs, ils peuvent mélanger du Hard Rock ou autre, écouter de la Country et faire un hit avec... Je préfère ce genre de prises de risques là !
J'aime bien écouter des bons sons, mais des formes de musiques je suis pas dans ça, j'aime bien écouter les chants puissants, militants, le Reggae chante depuis toujours pour les pauvres, le ghetto, il faut jamais oublier ça, il ne faut pas que cela devienne comme le Rap "bling bling bitch", il faut que le Reggae reste toujours cette musique là, celle des ghetto youths, pour ceux qui souffrent, ceux qui n'ont pas beaucoup... Voilà, c'est surtout pour ces gars là, le Reggae s'est fait avec peu et pour ces gars là.
Ils viennent, ils organisent le truc, tu as vu les soundsystems ? Les gars ils viennent, ils installent platines, enceintes... Je respecte le soundsystem, comme ce soir je le fais quand même ! J'ai dit à l'ingénieur de ne pas nous sous-estimer, de ne pas nous mépriser non plus ou mal nous noter, il y a eu un manque de considération ! Je demande aux gens de faire avec ce qu'ils ont mais de faire le mieux, c'est pourquoi j'aime tellement le Reggae, quand tu vois les ghetto youths qui viennent avec rien du tout, les frères viennent lâcher tout leur coeur avec leurs lyrics et c'est là que ça diffuse ! Avec très peu tu faire tellement dans le Reggae, tu vois Lee Perry, Black Ark studio, il a débuté avec 40$, et il a enregistré les premiers Bob Marley avec, donc c'est une musique pour ces gars là !
Faut pas oublier ça même si j'ai rien contre les gars comme Sean Paul !
Bless.

No votes yet.
Please wait...