malone rootikal

Malone Rootikal

Bonjour Malone, tout d'abord peux tu te présenter pour les gens qui ne te connaissent pas encore ?
Malone:
Bonjour, alors je m'appelle Malone Rootikal, je suis originaire de Normandie, je vis à Toulouse et je suis auteur compositeur interprète de musique Dub, j'ai 25 ans

Depuis combien de temps es tu dans le Reggae ?
Malone:
J'ai découvert le Reggae assez jeune, vers l'âge de 12 ans j'écoutais du Bob Marley, puis à 15-16 ans mon frère m'a fait écouter du King Tubby, Scientist, Augustus Pablo et là ce fût une révélation : j'ai tout de suite adhéré à ce genre musical et je l'ai fait connaître à mon entourage.
Les gens de mon entourage étaient bien fan de Dub, genre nouveau pour eux, car ils écoutaient du Bob ou du Hip-hop, mais le Dub personne ne connaissait dans mon cercle d'amis. Et j'étais assez content de venir les voir avec de nouvelles K7, d'albums de King Tubby, Scientist, Augustus Pablo, King Jammy et autres...

Qu'est ce qui t'as donné l'envie de t'orienter vers le Dub, puis de composer des riddims ?
Malone:
Et bien je suis musicien depuis assez jeune, j'ai commencé la guitare vers 10 ans, j'ai eu deux groupes de Rock entre 15 ans et 18 ans et à partir de 18 ans j'ai commencé à m intéresser au home studio et le fait de pouvoir enregistrer des morceaux chez soi avec son PC. Ca donnait une autre dimension à la musique. J'ai commencé à essayer de faire (rires) du Dub, vers 20 ans, avec un pote à moi, mais bon il y avait rien de bien calé... Puis à 22 ans je me suis payé ma première groovebox et le Dub à commencé à être créé. Ce qui m'a ensuite donné envie de m'orienter vers ce style.
C'est lorsque j'ai commencé à découvrir le Dub UK, des groupes comme Iration Steppas, Bush Chemists, Alpha & Omega,, que ça a été très fort. Je ressentais des émotions encore jamais connues au travers de cette musique, de sa « vibe ».

Tu peux nous préciser un peu tes influences musicales ?
Malone:
C'est le Dub UK qui m'a vraiment motivé à produire mon Dub. Le jamaïcain aussi comme déjà cité, ancien et actuel, je pense notamment à MLK, et en UK, je dirai Vibronics, Bush Chemists, Iration Steppas, Jonah Dan, Disciples, Alpha & Omega, Keety Roots, Jah Shaka, Aba Shanti I, Mad Professor, Jah Tubbys, Paul Fox et d'autres... Il y a tellement de bons sons UK que c'est difficile d'être vraiment sélectif, car chaque man a ses propres techniques, son propre style, ses propres sonorités.

Cela fait longtemps que tu composes ?
Malone:
J'ai commencé à composer quand j ai découvert les joies de la MAO (Musique Assistée par Ordinateur), où je pouvais enregistrer mes guitares rythmiques avec des basses et des guitares solo. Et en fait, quand j'ai eu ma groovebox, ça a été dans la continuité.
Donc, aujourd'hui ça fait 5-7 ans que je compose, mais vraiment sérieusement depuis 3-4 ans, car depuis j'ai un projet et ce sont les projets qui te permettent d'avancer. Si tu fais du son pour faire du son, que tu n'as pas de but, tu te fais plaisir mais bon, le projet permet de rendre ta passion plus constructive. Et savoir à quoi tu souhaites aboutir.

Est ce difficile de se faire un nom en temps que compositeur ?
Malone:
Et bien ce n'est pas simple, aujourd'hui beaucoup de gens font du son. Le plus important, c'est d'avoir ton style, c'est ce qui te différencie des autres, ce qui rend ta musique plus ou moins attractive.
Se faire connaître c'est une longue mission. Essayer de présenter des sons aboutis en soirée, voir comment les gens réagissent. Si ils sautent, c'est bon, c'est qu'ils aiment, le public est notre plus grand point d'appui et puis avec le temps, les soirées, tu fais des connexions avec des « dubbers » d'un peu partout et les mecs jouent certains de tes sons en soundsystem, et ca tu vois, quand tu es inspiré par des « dubbers » UK et après que certains jouent tes sons, c'est enorme. Une certaine reconnaissance du disciple par ses maitres. C'est un long travail...
Parfois tu te decourages mais il ne faut jamais stopper le combat car tout vient avec du temps, il faut etre patient.

Quels artistes as tu fait poser sur tes riddims ?
Malone:
Actuellement le seul riddim que j'ai fait où il y a eu des artistes est le "Freedom riddim". Les artistes qui ont posé dessus sont Highah Seekah (USA), Ras Sayan (USA), Safira (USA), Blackwolff (USA) et General Smiley qui a posé sur un riddim que j'ai fait avec Ganjah Fyah Dub (USA), le Roots Controlla riddim. Et après les connaissances t'en presentent d'autres, etc.
Sinon, je pose aussi sur mes riddims.

Internet est il selon toi un bon moyen de se faire connaître ?
Malone:
Internet te permet de rester connecté avec une communauté de personnes dans le milieu, les emails etc.
Tout ça, ce sont des outils qui sont aujourd'hui à mon avis indispensables pour quelqu'un qui démarre dans le son, comme je te l'ai déjà dit, une ouverture sur le monde pour diffuser des sons. Ca te permet de toucher un plus grand nombre de gens, car quand tu fais une soirée cela reste une popluation locale, mais Internet permet à ton son de depasser les frontières.

Pourquoi te vois t on si peu en concert ? Tu préfères le studio ?
Malone:
Pour l'instant, je dirai que je bosse pas mal en home studio sur la préparation de tracks, je peaufine mon style, ma « vibe ». Cela ne m'a pas empêché de jouer l'année dernière en Bretagne à Crozon (live machine) et cette année à Braspart (toujours en Bretagne) aux cotés de Iration Steppas et The Revelators, puis le festival Dub Connection part. 2 (live machine + sound system).
Je me penche sur mon projet d'album et après quand il sera abouti, je bosserai sur mon set pour le live. Je pense que le live, les gens aiment ça, c'est vivant.
Il faut être conscient d'une chose aussi: le Dub n'est pas une musique populaire et dans certains coins en France, il est plus simple de jouer, d'autres moins, car c'est d'autres styles qui sont en place, il faut qu'on fasse changer les mentalités et amener les gens qui ne connaissent pas le Dub à l'apprécier. Mais on y pense...

As-tu des projets de sortie d'album de tes compos, ou alors d'un riddim particulier avec des artistes qui auront posé dessus ?
Malone:
Pour l'instant, je suis focalisé sur mon album, je m'applique à réellement retranscrire mes émotions au travers de mon son. J'espère que les massives apprécieront mon travail, mon style. Cet album sera l'aboutissement de 2 ans de travail. Sinon récemment, j'ai lancé un challenge avec des « breddas », et les sons de ce challenge seront en libre téléchargement sur le net, ça risque d'être vraiment cool.

Tu fais ça en autoproduction ?
Malone:
L'album n'étant pas abouti à 100%, je ne peux pas le présenter à d'éventuels producteurs, c'est difficile de diffuser sa musique.
Sinon oui, cet album sera réalisé en autoproduction. L'album est presque fini, il ne reste que des choses à peaufiner... Et tout ce qui va autour de l'album aussi. Ce que je peux vous dire c'est que l'album sera très varié.

Tu peux nous dévoiler avec quel matériel tu travailles ?
Malone:
Et bien, je travaille avec des machines hardware, le PC et des instruments: 3 guitares (électrique, classique et electro), une basse électrique, une batterie électronique pour les percus, un cheap clavier pour contrôler mon expander, une groovebox Roland, console analogique + effet avec ampli, logiciel pour séquencer le tout, mixer et masteriser et le coeur du home studio est un PC.

Un petit mot pour les massives de JAHSound.net ?
Malone:
Big up à tous les JAHSound.net's massives ! Le Dub grandit en France et c'est grâce à vous, alors continuez à nous soutenir !

No votes yet.
Please wait...