MaxRomeo

Max Romeo

Tu as enregistré des albums énormes avec de très grands producteurs comme Jah Shaka. Peux-tu nous en dire plus au sujet de cette collaboration pour "Far I Captain Of My Ship" notamment?
Max Romeo:
C’était une vibe. Shaka est venu en Jamaïque en fait pour faire un projet mais il n’avait pas d’artiste particulier en tête. (…) Et j’ai dit Ok, je suis là, je suis libre, voyons comment faire ça!
Nous sommes allés en studio avec des riddims qu’il avait déjà enregistré à Londres et qu’il avait ramenés. Et nous y sommes allés pour la vibe, la vibe de l’album: Captain Of My Ship. Ce fut un bon projet.

Tu as travaillé avec Lloyd Barnes du label Wackies aussi...
Max Romeo:
Oui... Oui... En 1976, aux Etats Unis, j’avais un projet qui se passait à Broadway, une pièce appelée "Reggae*". Ça a marché pendant 7 semaines puis ça a fermé. Ils disaient que le contenu de ce show était trop révolutionnaire pour les gens de Broadway (rires) donc ils l’ont fermé.
C’est à cette période que j’ai rencontré BullWackie parce que je vivais à New-York pour ce projet. On a travaillé ensemble pour quelques albums pour des Japonais. Ce sont les gens de Takian qui étaient les promoteurs et qui conduisaient le projet.
*Il a travaillé avec Michael Butler, le producteur américain de “Hair”, écrivant des chansons et apparaissant dans “Reggae” à Broadway.

Parlons de l’actualité de Max Romeo, vas-tu sortir un nouvel album?
Max Romeo:
Oui, nous avons sorti “A Little Time For Jah” qui était mon album pour 2004, là j’ai tout juste terminé mon album pour 2005 avec Mad Professor. Il s’appelle “Pocomania Songs” et devrait sortir très bientôt.

Peux-tu nous raconter ton meilleur concert?
Max Romeo:
C’est difficile de dire quel est mon meilleur concert. Tous! Je veux dire tous les concerts me sont agréables, tu vois. (…) C’est très dur, je ne peux pas dire. C’est... tous ont une vibe tu vois. Toutes mes apparitions en France sont pleines de vibes.

On te voit régulièrement en Europe et plus particulièrement en France, comment vois tu le Reggae dans notre pays?
Max Romeo:
Bien j’aime vraiment la manière qu’ont les Français d’apprécier et d’aimer le Reggae Roots. Le Reggae Roots est vraiment celui qui porte un message positif. Les autres comme le Dancehall sont « gras », mais le Roots à cause de la force du message et de la positivité de ses paroles, il continue. “Chase The Devil” a été écrit en 1976 et il est maintenant l’hymne de l’Europe. (Ça nettoie les péchés.) Le Roots est une chose, c’est « propre » et les enfants doivent l’écouter, tu vois, c’est toujours à propos de Rastafari pas au sujet de ta femme, c’est ça.

Justement, comment vois tu le mouvement Rastafari, notamment en Europe?
Max Romeo:
Oh... ça... j’ai observé que ça devenait de plus en plus fort. (...) La culture est toujours là. Tu vois, c’est une culture, c’est une livity, c’est un style de vie, ce n’est pas vraiment une religion. (…) C’est essayer d’obtenir le positif. Essayer de te trouver toi-même, ton objectif et se battre pour le positif. Essayer de faire le bien, préserver la vie car c’est la première des choses. Rasta étudie le cœur de la livity donc il peut vivre très longtemps parce qu’il y a un monde beau. Si tu regardes derrière le négatif, tu peux voir un monde beau. Il y a plein de gens beaux, il y en a plus que des affreux (rires).

No votes yet.
Please wait...