tanya

Tanya Stephens

Tanya merci de prendre un peu de ton temps pour répondre à mes questions et merci pour ce show !
Tanya Stephens:
Mais le plaisir est pour moi !

Est-ce que tu te plais en Europe ?
Tanya Stephens:
Oui, je m'amuse bien ici, pour l'instant on n'a tourné qu'en France et on a fait une date à Barcelone, on ira ensuite en Italie, en Allemagne mais pour l'instant la France a vraiment été formidable.

Tu as aussi habité en Suède non ?
Tanya Stephens:
Oui, j'ai habité en Suède pendant une courte durée, à la campagne dans un petit village qui s'appelle « Gnesta » et c'était vraiment endroit charmant.

Tu as appris le suédois ?
Tanya Stephens:
Pas grand chose ! « Jag pratar like svenska ! » (rires), non vraiment pas grand chose !

Tu parles d'autres langues ?
Tanya Stephens:
Et bien... Je parle anglais et aussi le patois jamaïcain, c'est déjà pas mal ! Je sais dire merci en français : « merci beaucoup », en espagnol « gracias », « danke » en allemand, « grazie » en italien, maintenant que je sais dire merci je vais apprendre à demander à manger (rires), et surtout dire ce que je ne veux pas ! Pas de porc s'il vous plait, pas de porc dans le riz, pas de porc dans les autres viandes, pas de porc, pas de porc !

Qu'est ce que tu n'aimes pas dans les tournées ?
Tanya Stephens:
C'est dur parce que les choses que tu n'aimes pas viennent avec ce que tu aimes, alors il n'y a rien que je puisse ne pas aimer, parce que tu sais, tu ne peux pas avoir les bons côtés des choses sans les petits problèmes qui vont avec, bien sûr je suis très fatiguée, il y a un show tous les soirs, c'est vraiment dur... et si peu de temps qu'il faut partager avec tant de gens ! Mais je ne peux pas me plaindre, c'est ce pour quoi l'on travaille, les gens nous accueillent très chaleureusement, je ne peux pas me plaindre et je ne me plaindrais pas ! Mais physiquement, je suis très fatiguée.

Ton enfant ne te manque pas trop ?
Tanya Stephens:
oui elle me manque ! Mais j'y suis habituée maintenant, on y est habituées toutes les deux, elle sait que c'est mon travail, parfois je suis là pendant un mois! Peu de parents peuvent faire ça, on se parle souvent, d'ailleurs je lui ai parlé depuis que je suis là, je sais qu'elle va bien, qu'on s'occupe bien d'elle, je n'ai pas à m'inquiéter.

Que penses-tu d'Internet comme outil de promotion ?
Tanya Stephens:
Je pense que c'est très bien ! C'est pas cher, c'est même très bon marché. Ça touche partout en même temps, c'est rapide !

Bon, faut encore avoir la connexion !
Tanya Stephens:
Surtout si t'es en Jamaïque ! Ca peut être très compliqué car on a surtout du bas débit ! C'est étonnant de voir qu'en des temps si modernes la technologie prenne encore si longtemps pour atteindre certains endroits. La Jamaïque est très moderne et on pourrait croire que c'est moderne partout pourtant, comme tu me le faisais remarquer certains endroits reculés sont si loin de tout ça !

J'ai l'habitude de dire que la Jamaïque c'est le pire et le meilleur, au même endroit, au même moment, que penses-tu de cette définition ?
Tanya Stephens:
c'est un endroit très spécial avec des gens très spéciaux. Le triste côté de la Jamaïque c'est que tu ne peux pas avoir une culture si colorée comme la culture jamaïcaine sans avoir beaucoup de crimes, c'est ce qui colore la culture, les mauvaises choses en fait sont ce qui accentue la personnalité des gens et c'est ce qui les rend si spéciaux. J'aurais voulu que l'on ait cette grande culture sans tout le côté négatif mais honnêtement, si l'endroit était paisible, si il n'y avait pas de crime il ne se passerait rien, il n'y aurait pas de concerts de Reggae, on ne fumerait pas de l'herbe dans la rue. Je souhaite qu'il n'y ait pas de crime, il faut trouver un moyen de maintenir la culture et baisser le taux de criminalité, on y travaille, on y travaille beaucoup !

Tu as eu un beau message de paix pendant le concert, j'ai eu envie de venir traduire pour que tout le monde comprenne même si « peace and love » sont des mots que tout le monde connaît...
Tanya Stephens:
Je sais qu'il y a la barrière de la langue mais comme tu dis « peace and love »... et puis tout est histoire d'énergie, et en général quand les gens me parlent, même si je ne comprends pas leurs mots je capte très bien l'énergie qu'ils dégagent, donc je comprends, de toute façon !

Dans tes paroles j'aime l'acidité et l'amertume envers les hommes...
Tanya Stephens:
(rires) Non ne dis pas amer ! C'est juste honnête ! Je ne suis pas du tout amère !

Je me suis mal exprimée alors disons sans concession !
Tanya Stephens:
Oui, oui faut changer la saveur (rires) ! Je n'ai vraiment aucune amertume, aucune colère en moi, je ne suis fâchée avec personne, je dis juste les choses telles que je les vois, des fois je fais des suggestions, quand je fais des erreurs je veux les corriger, je ne suis pas parfaite, je ne sais pas tout, mais je sais certaines choses, et donc je suggère, spécialement aux hommes, d'essayer différemment. Je suis une fille et j'ai eu de multiples relations, donc je connais certains des problèmes et je sais ce qui pourrait y remédier !
On est certainement passées par les mêmes choses toi et moi, alors je te suggère des choses ! Pour moi, si j'ai fais une erreur et on se rencontre, tu ne dois pas faire la même bourde parce que je te l'aurais dit, t'en feras une autre dont quelqu'un d'autre tirera enseignement, et peut-être un jour il n'y aura plus d'erreurs à faire !

De dire tout ça avec humour ça doit être plus facile pour les hommes de l'entendre non ?
Tanya Stephens:
Je l'espère ! J'espère qu'ils vont écouter assez longtemps pour recevoir le message que j'essaye de faire passer ! Il n'y a pas de colère, je ne les hais pas... En fait je les aime vraiment beaucoup... et j'en aime beaucoup ! (rires) J'aime les hommes, malgré les problèmes qu'ils nous causent ! Je crois que j'aime les problèmes, tu sais, les problèmes t'aident à apprécier les bons moments. Quand quelque chose de mauvais t'arrive, ça te fait apprécier les bonnes choses qu'il y a dans ta vie. Quand tu as faim, tu apprécies d'avoir à manger, si tu tombes tu apprécies de te relever...
Si tu es toujours repu tu n'apprendras jamais à apprécier tes repas alors c'est pour ça que je te dis, je n'ai pas de problème avec les hommes, ils me causent des problèmes ! Et alors ! Ça me force à m'endurcir, et je deviens plus coriace qu'eux ! Je peux leur botter le cul quand ils veulent ! (rires)

Merci Tanya pour cet entretien et surtout continue de leur « botter le cul » !
Tanya Stephens:
Tu peux le faire aussi ! Passe le message !

No votes yet.
Please wait...