viceroys

Viceroys

Viceroys, bonsoir et merci d’accorder un peu de temps à JAHSound.net
Pourquoi avez-vous si souvent changé de nom? Viceroys, Voiceroys, Interns, Inturns...
Wesley Tinglin
: OK ! Au début nous étions les Viceroys et puis on a commencé à travailler pour un nouveau producteur du nom de Winston Riley et on a alors décidé dutiliser ce nom de Inturns pour cet album et quelques singles que nous étions en train de faire, puis on est retournés à Viceroys.
Neville Ingram: Beaucoup de gens nous ont dit que Viceroys était vraiment le nom qui nous convenait, alors on s'est dit OK ! On est retourné à Viceroys et on s'y tient maintenant !

Et y a-t-il un rapport avec la marque de cigarettes ?
Wesley Tinglin:
En fait ce qui s'est vraiment passé... (rires) Laisse moi te raconter toute l'histoire de ce nom : pour notre premier hit "Ya-Ho", on a vu Coxsone et il nous a demandé « Quel est votre nom ? ». Mais on n'avait même pas de nom tu sais, et là quand il m'a posé cette question, j'ai tourné la tête, j'ai vu un paquet là dans le coin où il était écrit Viceroys et j'ai immédiatement répondu : « Viceroys ! ». Après ça, on a cherché dans le dictionnaire la signification de ce mot Viceroys. Ça veut dire « vice-roi », c'est le messager du roi, il seconde le roi, il vehicule les valeurs du roi !
Neville Ingram: Un conseiller de premier ordre.
Wesley Tinglin: Alors, tu vois, on était comme les hommes du roi !

Comment composez-vous les morceaux ? Est-ce toujours le même qui écrit ou bien composez vous à plusieurs ?
Wesley Tinglin:
C'est moi qui écrit les chansons. 95% des morceaux sont mes compositions, paroles et musique. Je joue un peu de guitare. La plupart du temps, je fais les rythmiques et puis j'écris les paroles.

Vous composez encore ? Il y a du nouveau en prévision ?
Wesley Tinglin:
Oui, nous avons un nouvel album en préparation avec Jahco de Black Star (ndlr: Carl 'Jahco' Thewell). Il n'y a pas encore de titre mais nous avons déjà quatre morceaux dessus.

Et vous vivez maintenant de votre musique ou vous continuez vos activités parallèles ?
Wesley Tinglin:
Non, que de la musique ! Jah a su nous libérer maintenant, yeah man ! Même si, par plaisir, on continue la joaillerie pour deux d'entre nous dans des styles différents. Et l'un d'entre nous était chauffeur de bus il n'y a encore pas si longtemps.

Quel est votre sentiment sur le « revival » du Roots Reggae ? Car en Europe le public est très demandeur des artistes originaux et de la vieille école, même si il est aussi friand de nouveautés...
Wesley Tinglin:
C'est normal ! Il y a tant d'artistes qu'ils écoutent depuis des années et qu'ils n'ont jamais vu...

Mais aussi des jeunes, même pas nés quand vous avez commencé...
Wesley Tinglin:
J'ai fondé le groupe vers 1965, j'ai réuni mes amis pour monter un groupe ! Alors toi-même tu n'étais pas née... Et déjà on allait à Studio One enregistrer des disques... Tu vois ce que je veux dire ! Et on y arrive seulement maintenant ! Ce fût plutôt long, mais on fait toujours de la musique plus de quarante ans après !

Dans quels pays avez-vous tourné depuis votre retour ?
Wesley Tinglin:
Uniquement en France. Ici, ils aiment la musique ! C'est la quatrième fois que l'on vient en France mais on espère bien tourner ailleurs également, y compris d'autres continents, laissons faire le temps. D'ailleurs quels sont les plus gros marchés pour le reggae en Europe ?

Je pense que ce sont l'Allemagne, puis l'Italie, la Hollande, la Suisse et l'Angleterre...
Wesley Tinglin:
Non, l'Angleterre ça n'est pas l'Europe, ça n'est même pas dans l'espace Schengen !
Neville Ingram: Le monde va bientôt nous appeler ! Les vibrations sont en route ! Mais la France sera notre base, il faut toujours une base !
Wesley Tinglin: Bénédictions ! Que la force de Jah soit avec toi !
Neville Ingram: C'était un plaisir de converser avec toi.

Merci à vous, tout le meilleur pour cette tournée et pour la suite !

No votes yet.
Please wait...