bittymclean

Bitty McLean with Sly & Robbie @ Gymnase Maurice Baquet (93)

Samedi 24-03-2007
Gymnase Maurice Baquet - Bagnolet (93)

Ce samedi soir il y a foule devant le gymnase de Bagnolet... J'entend les gammes de Guillaume 'Stepper' Briard, le saxophoniste. Nous rentrons sans encombre dans cette salle aménagée pour l'occasion. Moquette et interdiction de fumer sont de rigueur. Va-t-il y avoir une première partie ?! La paire rythmique n'est pas coutumière du fait car elle est souvent la partie à elle seule. Voilà que 'Stepper', avec son acolyte, ouvre la marche, suivis du bassiste nonchalant et du batteur pétillant. Première mesure, et il est évident que la tune d'intro ne sera pas Dub, brisant net le suspense sur une possible performance de Sly & Robbie ce soir en pré-session de Bitty McLean. Le jeune anglais débarque bien vite...
Sans être bousculé, le gymnase est bien plein. La sonorité est très Rocksteady, à l'image du crooner Bitty McLean et de son titre "I've Got Love" (recut des Melodians "I'll Get Along With You" de 1967). Cependant, cette version est plus vitaminée car plus rapide que sur son album "On Bond Street", il n'hésite pas à demander du Dub pour dialoguer avec le public. « If you have love in your heart, let me see arms in the air ! »
Le morceau se prolonge où Robbie commence à arroser, tandis que son complice envoie sa caisse claire résonner très loin, avant de couper net pour introduire le morceau suivant : "Make It With You" (Queen Majesty riddim). Incroyable voix toujours présente, Guillaume profite d'une pause pour faire son trou et y placer une envolée, secondé par Mark 'Saxa' Overton au sax ténor. Bitty leur répondant bien vite, démontrant la qualité de son instrument. « I've really think that we could make it, girl » attend-t-il en écho du public. Malheureusement pour lui, trop peu semblent connaître son album. Il ne s'en laisse pas conter, et décide de jouer avec l'écho, flirte avec le Rub-a-dub reflétant ses qualités de soundman et de MC de soundsystem. Robbie intervient alors, la sono de la salle ne lui rendant pas vraiment hommage car trop peu présent dans l'équalisation... Mais Bitty répare cette injustice en tendant le micro à Robbie qui se lance en duo pour finir. Nouvel enchaînement et toujours pioché dans l'album "On Bond Street", "To Fall In Love" en Rocksteady « mode lover » (recut de Joya Landis "Moonlight Lover" créé en 1968), Sly jouant avec ses effets et Robbie répondant en une tirade au saxo entêtant.

"Baby Tonight, All I Want You And Die" (Those Guys riddim) nous emmène dans les strates de l'amour que ce garcon sait mettre à notre portée. Franklyn 'Bubbler' Waul au clavier en mode orgue Hammond apporte cette couleur chaude des soirées amoureuses, ce multi-instrumentiste sait y faire car il officie depuis la fin des années 70 avec les plus grands du Reggae. « This is reggae night, tonight ! »
Sans pause, c'est sur le bateau McLean que nous appareillons pour garder le cap vers l'amour avec "Cruisin'"... « I love when we're cruising together », déclare-t-il au public. Il faut noter que sur l'affiche, beaucoup avaient remarqué "Sly & Robbie" et par conséquent peu connaissent cet anglais au sourire ravageur et à la note toujours juste. Voyant que la paire rythmique reçoit plus du public, il inverse la tendance en annoncant le prochain titre "Walk Away From Love". La renommée de ce titre et du riddim associé laisse transparaître que celui-ci a touché beaucoup de monde dans le public, l'audience se fait beaucoup plus entendre, permettant à Bitty de reprendre la main et de monter le ton accompagné par 'Stepper' pendant que Robbie marque un peu plus ces notes et que 'Bubbler' teinte le gymnase... « I'm gonna walk away from love, break your heat ! » désarçonna un peu toute la formation par la note très haute de Bitty. Agréable moment de flottement où tout le monde regarde le jeune prodige...
Guillaume reprend et décide de faire pleurer son sax, suivi de Darryl Thompson, guitariste au Steve Ray Vaughan's style, ayant joué avec Peter Tosh et Black Uhuru et depuis collé aux basques de Sly & Robbie alternant de temps à autre avec Mickey 'Mao' Chung... Bref Bitty en profite pour présenter le crew dans son ensemble, pendant que Sly et Robbie s'amusent dans leur coin, l'un avec ses échos, l'autre avec ses harmoniques... sur ce Rocksteady riddim, Bitty se pose en digne héritier d'Alton Ellis. Roulement de caisse claire et changement de morceau. "Tell Me" est un moment délicieux où tout le monde est bercé par le Ranglin On Bond Street riddim : grande pause où seule résonne la voix plaintive de Bitty qui nous dit avoir eu tort concernant l'amour, jusqu'à ce qu'une basse s'interpose et que tout le crew s'y mette pour lui remonter le moral... Dubwise !

Puis un morceau beaucoup plus enjoué, énigmatique, où les cinq dernières minutes sont introduites par un « Rub-a-dub time » lancé à tue-tête par Bitty, puis consacrées au Dub Rocker style du Taxi Gang. Légère intro des vents avant que ne débute le Stranger In Love riddim, Bitty entame "Never Let Me Go". Il a définitivement conquis le public, car chaque envolée lyrique de celui-ci fait s'élever les cris des femmes hystériques et les hurlements des mâles en ce soir de mars. D'ailleurs quand il laisse entendre que c'est le dernièr titre et qu'il s'en va (« Are you ready to let me go ?! »), un « NON » massif s'élève du gymnase sous la forme d'un grondement énorme...
Après deux minutes d'absence, le revoilà entamant en exclusivité "The Real Thing", son nouveau single produit par Sly & Robbie, extrait en avant première de son album qui devrait sortir incessamment "Movin' On". Il prolonge cette chanson par le titre qui donna le nom du riddim joué "Hold On To What You'Ve Got" dont Bitty ne manquera pas de souligner la mémoire de son auteur : Dennis Brown. Enchaînement sur "Lately". Dès que les premières notes du Taxi riddim s'élèvent, les sifflets raisonnent à leur tour, demandant un « pull up ». Coupure puis reprise, bien évidemment pour le morceau en forme de signature et d'au revoir du crew. Mêlant chant d'amour et flow DJ, il souffle la moiteur et la brûlure sur les massives... Ainsi après avoir commencé par la plupart des titres de son album hommage au Rocksteady et Soulful Reggae ("On Bond Street"), il laisse entrevoir une nouvelle page de sa carrière avec des titres remontant plus aux heures chaudes du Roots Reggae et du Early Digital. Un album très attendu ("Movin' On"), ainsi qu'une tournée qui commence dès le mois de juin au Zénith de Paris à l'occasion du Garance Reggae Festival.

No votes yet.
Please wait...