clinton fearon la cigale

Clinton Fearon & The Boogie Brown Band @ La Cigale (75)

Mardi 28-10-2014
La Cigale, Paris (75)

Trois semaines après l'excellent concert de Tarrus Riley & The Blak Soil Band au Trianon, nous retrouvons le même quartier, Pigalle, mais La Cigale. Encore une très belle salle. Et après celui qui fait figure du renouveau du roots, nous accueillons un des maitres du roots, le gladiateur Clinton Fearon pour la dernière date de son Goodness Tour.

La première partie est assurée par un jeune artiste : Tiwayo, à prononcer [ti] [wa] [yo], qui est seul en scène. Un bon tremplin pour cet auteur-compositeur-interprète aux influences rock, soul et reggae qui joura quelques unes de ses compositions dont la plus célèbre "Wild".
Il s'attaquera ensuite à quelques standards reggae, avec plus ou moins de réussite... Trop grands standards, public pas assez réceptif ou le fait de n'avoir que sa guitare pour l'accompagner, ça manquait de relief et de puissance. C'était courageux en tout cas de s'essayer à "The Harder They Come" de Jimmy Cliff ou au "Talkin' Blues" de Bob Marley. Quant au pari de reprendre LE titre de Clinton Fearon "Chatty Chatty Mouth", c'était plutôt gonflé. Oui, le public présent adore cette chanson, forcément. En revanche, Clinton Fearon la joue dans une très grande majorité de ses shows.

Le Boogie Brown Band s'installe sur scène et lance un dub. La période acoustique qui avait suivi l'album "Heart and Soul" était un épisode comme l'avait été "Mi An Mi Guitar" et est révolue. C'est le Goodness Tour et c'est électrique !
Arrivée de Clinton Fearon qui commence par taper dans la main de tout le premier rang. Il prend ensuite sa guitare et rejoint rapidement l'instru que le groupe a poursuivi en y ajoutant quelques gammes. L'échauffement.
Le show se lance vite ensuite et l'ancien bassiste des Gladiators passera en revue quelques uns de des hits qu'on lui connait depuis qu'il est en solo, comme "Love Got Mi" ou "Love Light" extraits de l'album "Mystic Whisper" et "Conqueror" que l'on trouve sur "Give And Take", entre autres. On entendra aussi un peu plus tard une merveilleuse version longue de "Rocky Road", enchainée par son dub, solo de Clinton Fearon en prime !
Nous pourrons évidemment apprécier les meilleurs morceaux de son dernier album, dont la chanson éponyme "Goodness", suivie de "Poor Nana"; ce riddim largement inspiré par le "No More Trouble" de Bob Marley est vraiment un régal en live. On continue avec l'excellent "Blame Game". Il aurait d'ailleurs pu nous jouer tout l'album, tous les titres sont excellents; il aurait dû ! Mais il veut sans doute contenter aussi les fans de la première heure et ce sera chose faite avec "Richman Poorman". Il y a une grosse ambiance dans la salle. Mais ça gronde vraiment dès l'intro de "Chatty Chatty Mouth". Ça gronde tellement que... pull up !
Clinton Fearon quittera la scène quelques minutes plus tard, suivi par ses musiciens. Il n'est pas si tard que ça et les lumières restes allumées. La salle, quant à elle reste dans le noir et commence un rappel. Un rappel très bruyant.
Il ne s'agissait bien que d'une pause et le show reprend mais notre chanteur a laissé sa guitare de côté pour entamer un "Feel The Spirit" très dansant. Après un second tour d'une bonne demi heure, Clinton Fearon quitte de nouveau la scène mais cette fois le band continue de jouer. Le bassiste et le percussionniste, qui assurait aussi les choeurs, entrainent toute la salle pour reprendre la mélodie du morceau qui vient d'être joué et clora finalement ce concert : "On The Other Side".

No votes yet.
Please wait...