u roy

Gregory Isaacs + Frankie Paul + U-Roy + Lloyd Parks @ Le New Morning (75)

Mercredi 13-07-2005
Le New Morning - Paris (75)

Que faire un 13 juillet au soir quand une telle affiche se présente sur la capitale? En effet, la question ne se pose même pas et tant pis pour le feu d’artifice; espérons qu’il ait lieu au New Morning !
Arrivé à 21h, heure prévue de début du concert, je ne m’attarderai pas sur l’ouverture des portes tardives et les bousculades à l’entrée qui en ont énervés plus d’un. A peine rentré dans la salle, on sent la température monter, il fera sûrement très chaud ce soir!
22h15, We People Band rentre sur scène avec son excellent son pour une traditionnelle chauffe instrumentale puis Lloyd Parkes, bassiste du groupe, prend le micro pour quelques titres dont le très apprécié "Mafia". Le public a déjà l’air de prendre son pied !

Après cela, Frankie Paul rentre sur scène et allume de suite les premières mèches avec plusieurs titres de sa discographie dont "Casanova" qui vient ouvrir son show. L’impressionnant Frankie Paul, tout de blanc vêtu, a apparemment la côte, il nous offre une prestation d’excellente qualité et les massives ont l’air d’apprécier.
Au milieu de ses titres persos, l’homme nous offre même quelques célèbres reprises comme "Guantanamera", "By The River Of Babylone" ainsi qu’un sympathique "Rastaman Chant" de Bob Marley. Le public est acquis à sa cause mais aussi très impatient pour la suite.
Ainsi après trois quarts d’heure de scène, il cède sa place à l’inimitable Daddy U-Roy. Son entrée fait encore monter l’ambiance d’un cran dans la salle. Costume jaune, grand chapeau noir, le DJ a, comme à son habitude la grande classe.
De "Version Galore" à "Natty Rebel", Daddy U-Roy nous encense avec son flow si spécial sur tous ces plus grands hits tandis que We People Band continue d’assurer le backing avec brio. Malheureusement et un peu comme prévu, U Roy ne restera sur scène qu’une demi heure. Malgré un show intense sans morceau de repos, son départ laisse tout de même un goût d’inachevé au public.

23h30, la place est laissée Gregory Isaacs qui arrive sous une ovation surréaliste. Chemise hawaïenne blanche et noire et chapeau de mafioso sur la tête, le Cool Ruler a l’air souriant et détendu.
Un medley de ces intros surchauffe la salle puis le jamaïcain nous balance d’entrée son célèbre "My Number One". "Mr Brown", "Night Nurse" et j’en passe, Gregory tente de communier un maximum avec le public même si sa performance vocale et sa présence ne sont plus ce qu’elles étaient auparavant. Cependant la chaleur continue de monter et The Cool Ruler ouvre sa chemise, laissant transparaître sa bonne petite bedaine.
Pourtant au bout d’à peine 25 minutes, il quitte la scène à l’étonnement de tous. Un rappel et l’homme revient sous les « Gregory » de la foule pour trois nouveaux titres rapidement enchaînés avant qu’il ne soit rejoint par Frankie Paul et Daddy U Roy sur scène pour un buff final.
La salle, chaude jusqu’ici bascule enfin en mode « folie »; un peu tard sûrement car le show s’achèvera sur ce trio quelques minutes après les douze coups de minuit, laissant place à un soundsystem trop tardif pour les banlieusards comme moi.

Au final, l’affiche aura tout de même tenu ses promesses avec un Frankie Paul des grands soirs, un U-Roy toujours aussi ensorcelant ainsi qu’un Gregory Isaacs toujours irremplaçable bien que vieillissant et de moins en moins charismatique.
2 heures de chaleur jamaïcaine, même si on peut regretter certains passages éclairs, cela valait assurément le coup de rater un feu d’artifice !

No votes yet.
Please wait...