manjul glazart

Manjul @ Le Glaz'Art (75)

Mercredi 30/05/2007
Le Glaz'Art - Paris (75)

Nous sommes de retour au Glaz'Art après avoir passé un bon moment avec les Mystic Revelation Of Rastafari. Ce soir c'est Manjul qui vient directement du Mali nous abreuver de bonnes vibrations. Né du coté de Barbès, c'est son premier passage en France pour nous présenter son projet musical qui a pris forme dans ses studios Humble Ark Records à Bamako. Après une première date dans le cadre des Zicalizes, c'est donc la seconde d'une micro tournée francilienne attendue.

Il est 21 heures et la salle se remplit doucement. En fond sonore, nous avons notamment droit à du Morgan Heritage. Vingt cinq minutes plus tard, les musiciens investissent la petite scène qui encore un fois sera en surpopulation. Manjul décrit sa musique comme la confluence de deux fleuves, Reggae et musique africaine. Le groupe est donc composé de deux courants. Côté Reggae « classique », il y a deux claviers, une guitare, cuivres, batterie (assurée par Yvo qui a rencontré Manjul en travaillant avec Amadou et Mariam) et basse. Pour ce qui est des vibrations africaines, Mohamed Fofana joue du balafon et de la flûte peul, Bobakar Sissoko, de la kora et du petit tambour tamani, Franck est présent pour le kete drum et les roots vibes et enfin la divine d'Assetou Kanoute assure le chant.

Un petit souci avec la guitare d'Hugh retarde quelques instants le décollage vers les terres africaines mais c'est parti, le voyage peut commencer. Après une petite introduction musicale, Manjul reprend la parole : « Partout sur la Terre, et au Mali aussi, I n'I chant Nyabinghi! Coordination et coopération internationale, pour la victoire du bien sur le mal! ». Le ton est donné, la soirée sera consciente et sans concession. C'est avec "Chant Nyabingi" que Manjul et le groupe qui l'accompagne ce soir entament leur set. On est tout de suite saisi par la merveilleuse voix d'Assetou Kanoute. On poursuit avec "Bara" toujours issu de son deuxième album africain "Jahtiguiya" qui vient de paraître. Après cette mise en jambe, Manjul et son groupe nous délecte d'une superbe version de "Faso Kanou" du précédent album éponyme. Le rythme est un peu plus soutenu que la version studio et est magnifiquement mise en valeur par Rico et Thomas aux cuivres. N'oublions pas Bobakar Sissoko à la kora qui donne véritablement son âme au morceau. "Any Which Way" est également différent de la version de l'album puisqu'on découvre les paroles chantées par Manjul : « any which way, freedom must come for all ». On continue toujours sur l'album "Faso Kanou" avec "Independ Dance" et "Africa Is Calling" qui sera précédé d'un court discours sur l'importance de l'Afrique.

Mais Manjul est ici pour faire découvrir et promouvoir son dernier album et c'est donc avec "22 Septembre" qui fait référence à la date de l'indépendance du Mali qu'il poursuit. Manjul nous rappelle bien sûr que cette indépendance n'est pas encore véritable mais « ça va venir, grâce à nous tous ». L'aquatique "Djoliba", puis "Free The Colonized" suivent avant le magnifique "I'm A Freeman" que Takana Zion chante sur l'album mais qui ce soir ne peut être présent faute de visa. Manjul lui dédicace le morceau : « il est avec nous quand même ». Le très entraînant "Djala Male" qui suit est aussi dédicacé à son interprète original sur l'album: Adama Yalomba. Manjul nous ajoute le sous titre : « le voyage c'est bon pour l'Homme ». "Kohba" termine le set avant que Manjul, après maintenant plus d'une heure de show, nous explique le principe du rappel. Le public semble bien avoir apprécié mais est quand même timide pour demander ce rappel. Peu importe, les musiciens sont vraiment heureux de jouer pour le public et ne sont pas là pour les applaudissements.
Le groupe revient donc pour "African Glorious Kings" puis le Ska "Spread The Good Things" pendant lequel Manjul nous présente le groupe. Le voyage n'est pourtant pas terminé. Un autre joueur de tamani - un tamani fola en v. o. – rejoint le groupe qui va nous interpréter un superbe morceau final purement africain. Il est maintenant 23 heures et cette fois-ci le voyage est vraiment terminé.

Manjul et son groupe, nous ont offert ce soir un grand moment, même s'il aurait pu y avoir un peu plus de communication avec le public qui doit aussi peut être se faire aux chansons de Manjul. Pour un premier concert c'est quand même une réussite et bien plus encore. De plus, les versions jouées ce soir l'ont été d'une manière différente de celles en studio ce qui offre une seconde (la première étant déjà musicale) fraîcheur aux morceaux. On attend avec impatience ses prochains rendez-vous.

No votes yet.
Please wait...