paris dub club 1

Paris Dub Club #1 - Nucleus Roots + Jah Shaka @ Cabaret Sauvage (75)

Vendredi 26/11/2004
Le Cabaret Sauvage - Paris (75)

Ca fait déja 30 minutes que j'attend fab et youp devant le Cabaret Sauvage, je sens déjà les basses de Blackboard Jungle me chatouiller le bout des pieds, qui eux, ne demandent qu'a danser toute la nuit!
Les invitations retirées, première surprise ma fois plutôt bonne, on nous annonce déjà sur des affichettes format A4 noir sur blanc la programmation du prochain Paris Dub Club, on est pas rentrés dans le premier que l'on veut déjà être au second: Aba Shanti I & Blood Shanti, le 14 Janvier, on y sera :o).
Première fois pour youp et moi que nous pénétrons dans cet endroit magique de Paris que l'on appelle le Cabaret Sauvage. Perdue au fond du Parc de la Villette, cette salle tout de bois se trouve entre réalité et féérie, de la couleur, beaucoup de couleurs et le plafond recouvert d'un drapé de velours rouge, trop trop beau. Bon, assez parlé de la salle, venons en aux faits: le son. Et bien le son, t'inquiètes pas y en a: les deux énormes murs de Blackboard Jungle sont présents et il parait que ça pousse bien quand on est devant, je sais pas encore vu que les zigotos sont arrivés à la bourre, on rentre juste pour le début du live de Nucleus Roots. Deux opérateurs live, qui ma foi m'ont l'air en forme et quatre chanteurs sur scène, ça dépote. On est bien du coté anglais, y a pas a dire les sirènes ne se font pas rares et les lasers effects non plus.
Leur set est bien préparé, on navigue entre des titres Roots comme "Fools Paradise" ou encore "Still Here" et une fois le pied bien a terre les titres Steppa débarquent pour faire sautiller tous les marins présents sur le dance. Bonne vibe, jolis sourires sur les visages des massives, début de soirée très bien lancé!

Ensuite, entracte on va dire, le dance s'éparpille pour que chacun prenne des forces au bar ou du coté ital par exemple. Moi, tout peneau, je reste du coté des murs de Blackboard Jungle qui ont commencé leur set. Pendant Nucleus Roots, c'est le system du Cabaret Sauvage qui servit, le system de Blackboard resta silencieux, dommage! Maintenant qu'il est en route, j'aimerais me rattrapper un peu sur l'exploitation des basses! Quand, tout à coup, comme une espèce de cercle autour de moi les gens s'éloigne du mur. C'est que ça doit faire mal... Effectivement il pousse le bougre et les basses me chatouille, chatouille, je décide de faire une pause pour mes jambes et mes oreilles, je vais manger un bout et je reviens. Je vous avourai que je n'ai pas trop suivi Blackboard Jungle, et pour cause: j'étais dans un débat sans précédent avec une fille qui en avait marre des "JAH RASTAFARI" criés par n'importe qui et à tout bout de champ, je me demande encore ce qu'elle faisait dans un tel endroit si elle n'aimait pas; enfin du coup je loupe Blackboard. Quand je me décide enfin à rerentrer sur le dance, je me dirige le plus près possible de la tour de contrôle pour ne rien louper, un peu loin des murs mais très près du maître. Effectivement je me trouve devant Jah Shaka qui va commencer son set, yeahhhhh mannnnn, quelques sirènes pour prévenir que ça recommence et de plus belle!

"Rastaman Chant" fut la première tune du Zulu, reprise en coeur par quelques adeptes, la session commence bien, les tunes s'enchainent, quelques problèmes techniques sur le début du set; le micro ne marche pas, les gars de Blackboard ne comprennent plus ce qui se passe. Chose arrangée, le micro est de retour. Néanmoins même si les problèmes sont résolus, Jah Shaka prend son temps pour poser sa selection qui n'est d'ailleurs pas celle que beaucoup de monde attendait: rien d'exceptionnel à l'oreille, Jah Shaka pose ses galettes comme il le sent sans vraiment se prendre la tête sur la chose. Bon fait pas cette tête! On a quand même eu quelques bonnes surprises... lequelles me demanderiez vous? Boooo, un "Praise Ye Jah" de l'ami Sizzla qui a fait sauter les massives avec un spécial mix plize, ou encore le "Complain" de Garnett Silk, et d'autres encore que je ne saurai citer...
Je ne vous cacherai pas que sur la fin de soirée Shaka n'avait pas trop envie de partir. Vite fait, comme ça, au moment où quelqu'un est venu dire à Shaka que c'était la fin de la soirée, il eu l'air surpris genre "pas de problème, mais fallait me le dire parce que moi si on me le dit pas je joue". Ca ne doit pas être ses mots exacts mais c'est ainsi que j'ai interprété sa réaction en tout cas. Toujours est il que Shaka à fait déborder la sélection en poussant encore et encore le son histoire de voir ce qu'il avait dans le ventre. Les 3 dernières tunes on été surpuissantes niveau son, ça poussait méchant. Quand Shaka fût enfin décidé à quitter sa tour de controle, se sont les massives qui eux n'ont pas voulu partir: ils étaient scotchés là, debouts, ne bougeant plus, il n'y avait pas d'applaudissements de fou pour dire "une autre". Non, les gens étaient là, ils regardaient Shaka ranger son matériel comme on voit pour la dernière fois un être destiné à devenir une légende si ce n'est pas déja le cas.

Bye bye Shaka et thanks pour ce que tu as apporté au son. Nuff's respect!

No votes yet.
Please wait...