reggae sun ska 8

Reggae Sun Ska Festival #8 @ Cissac Médoc (33)

Vendredi 05-08-2005
Stade, Cissac Médoc (33)

Du soleil, une affiche riche et prometteuse, comment bouder un tel festival lorsqu’on passe le début du mois d’août dans le Sud-Ouest?? Avec notamment Steel Pulse, The Gladiators, Groundation, Toots ou encore Le Peuple De l’Herbe. Seuls les douaniers, situés à 500 mètres de l’entrée du petit village de Cissac Médoc, pouvaient empêcher les massives de se rendre à ce rassemblement.

L’obstacle douanier passé, les deux jours de fête pouvaient commencer. Le stade de Cissac, qui recevait l’événement, comportait une scène principale, un chapiteau secondaire ainsi qu’une multitude de stands variés.
Pour ce qui est des têtes d’affiche, c’est Sir Samuel (Saïan Supa Crew) qui ouvrait les hostilités en fin d’après midi mais le stade commença réellement à se remplir lorsque les Anglais de Steel Pulse vinrent donner vie à la fosse. Entre leurs derniers titres et leurs tubes de toujours, les britanniques lancent le festival sur les chapeaux de roues et le public le leur rend bien. Après une bonne heure de show bien rodé, c’est l’heure de la pause sur la scène principale, le temps pour certains d’aller manger un sandwich ou de boire un coup, pour d’autres d’aller jeter un coup d’oeil sur la petite scène où les amateurs de Drum‘n Bass étaient réunis. En effet, le Reggae Sun Ska se veut très éclectique et outre les musiques jamaïcaines, on y trouve aussi pas mal de son plus électro, ce qui constitue un grand mélange des genres qui explique le succès du festival.

La première soirée se termine avec l’incroyable Toots Hibbert & The Maytals. L’homme joue avec le public, qui par ailleurs connaît très bien son répertoire, du coup la cohésion est totale. Tous les titres phares de la carrière de Toots y passent, de "Funky Kingston" à "54-46 That’s My Number" en passant par "Country Road" et bien d’autres encore. Les massives reprennent en choeur les refrains, Toots joue les chefs de chorale, bref la soirée ne pouvait pas mieux se terminer que sur cette ambiance aussi chaleureuse que surréaliste.
La soirée se terminera jusqu’au bout de la nuit dans les quelques campings sauvages installés au milieu des vignes. Le lendemain, on retrouve la plupart des festivaliers tout d’abord à l’épicerie du village le matin puis à la plage la plus proche l’après midi.

Le Festival rouvre doucement dans l’après midi avec quelques groupes moins huppés tels que Lareplik ou Gare au Loup Garou. Mais c’est en début de soirée que le festival repart vraiment de plus belle, surtout lorsque les Gladiators sont annoncés. Sur les sons les plus connus des albums "Dreadlocks The Time Is Now", "Something A Gwaan" et "Once Upon A Time In Jamaica", le charismatique Albert Griffiths nous enchante. Une main derrière le dos, le corps immobile et droit, seul les mimiques du visage du vieux lion accompagne sa voix qui nous transporte tous dans des contrées lointaines. A mi show, l’homme cède sa place à son fils Anthony qui allume une mèche de plus dans ce festival de plus en plus surprenant. Tel père, tel fils; la ressemblance des voix est incroyable, on pourrait croire qu’Albert n’est pas parti à la seule différence que le fiston a, lui, la bougeotte sur scène. La famille Griffiths a donc, une fois de plus, émerveillé les festivaliers grâce à ce charisme héréditaire qui leur est si particulier.

C’est ensuite le tour de Groundation de monter sur scène. Ceux que l’on peut considérer comme l’une des véritables révélations de ces derniers temps dans le Reggae Roots terminaient à Cissac leur tournée européenne avec notamment un DVD enregistré pour l’occasion. Les Californiens enflamment tout autant le public, notamment grâce à l’explosivité de leur chanteur. Les titres s’enchaînent, le show est impressionnant d’intensité et de qualité. Seul regret, l’absence de rappel en fin de spectacle, sûrement dûe au retard accumulé pendant la soirée. La soirée se terminera avec Le Peuple de l’Herbe et sur des sons un peu plus Electro Dub qui raviront les amateurs puis ensuite dans le camping jusqu’au petit matin.

Au final, ce festival éclectique aura ravi les amateurs de Reggae Roots tout autant que ceux de musiques un peu plus Electro. Sous le soleil de la Gironde, avec une telle affiche, on ne pouvait vraiment pas manquer un tel rassemblement à moins de se promettre de s’y rendre l’année prochaine car le Reggae Sun Ska devient finalement de plus en plus incontournable!

No votes yet.
Please wait...