sugar minott

Sugar Minott + Guiding Star, Le Djoloff (59)

Jeudi 24-03-2005
Le Djoloff - Lille (59)

Cette soirée devait avoir lieu avec Junior Cat, petit frère du plus connu Super Cat. Quelques heures avant le début de la soirée, Junior Cat annule son show, pour problème de visa, et les organisateurs de la soirée trouvent pour le remplacer un big artiste de passage en Europe : Sugar Minott !

Arrivée vers 22h45 au Djoloff, bar qui organise de belles soirées et où on a déjà pu voir des grands artistes reggae cette année comme Robert Lee, Echo Minott et d'autres. Pour l'instant il n'y a pas grande foule, mais il est encore tôt.
Le 12 Crew soundsystem s'échauffe plus qu'il ne chauffe la foule - toujours absente, avec une session nu roots. Je discute pendant ce temps avec Ninjah de 12 prod, qui m'annonce la présence de Chronicle : ça s'annonce big, même si on n'est pas sûrs qu'il vienne chanter ! Jusque minuit les massives arrivent doucement et se font timides, Road Runner change de registre et passe au dancehall : la cave du Djoloff commence à monter en chaleur, et tout le monde se décoince peu à peu. L'ambiance semble être au dancehall style ce soir, les sistas se déhanchent, pour le plus grand plaisir de ces messieurs qui crient à chaque nouveau tune de lancé, de Ce'cile à Elephant Man.

A 0h45, c'est Jakob du soundsystem parisien Guiding Star qui prend les commandes, en commençant avec un medley de Luciano, dédié aux Rastamen présents dans la foule. Sa session commence nu roots avec des maintenant classics riddim en matière de nu roots tels que le Hard times riddim, le Sun is shining, pour passer à des non moins bons comme le Drop Leaf et son magnifique cut de Jah Cure, "Longing for". Jakob explique sur ce tune les pincements au cœur qu'il a eu lors de ses passages près de la prison où est enfermé Jah Cure... Un dubplate de Luciano sur ce même riddim met tout le monde à l'amende et fait monter la chaleur d'un cran! Jakob enchaîne sur le Doctor's Darling riddim, et déchaîne définitivement la foule avec un dubplate de Tanya Stephens suivi d'un autre de Fanta Mojah. Il faut maintenant faire revenir la vibe à un style plus rub-a-dub car Sugar Minott ne va pas tarder : Jakob ne veut quand même pas faire redescendre la chaleur, et nous lance alors un dubplate de King Kong en combinaison avec Al Cambell sur le fameux "Rumble Jumble Life"
A 1h30, Jakob annonce l'arrivée de Sugar Minott. Ca y est, nous y sommes enfin, Mister Lincoln "Sugar Buga" Minott est là ! La foule se resserre dans la petite cave du Djoloff, et on entame une session très lourde avec le Real Rock, et l'énorme " Wicked Ago Feel It " ! C'est au tour du Sleng Teng riddim, sur lequel Sugar Minott reprend le principe de dubplate, en live cette fois, pour le Guiding Star soundsystem. On a ensuite le droit à une reprise de "Under Mi Sleng Teng" de Wayne Smith, les massives hurlent ! Et là, comme s'il ne faisait pas assez chaud, Sugar Minott demande à Jakob de lancer le nouveau riddim : c'est enfin « Oh Mr DC! »
Oh DC.. Don't you touch my collie...

Un bon nombre de massives chanteront avec Sugar qui apprécie de plus en plus la vibe ambiante, mais visiblement moins la chaleur qui, pourtant, ne l'arrêtera pas : il nous envoie son "Herbman Hustling", suivi de "Vanity" (sur le "I'm Just a Guy" riddim)... Chronicle, assis depuis un moment sur une chaise dans un coin de la salle, se lève aux côtés de Sugar Minott qui lui donne le micro : « Light it up, Light it up », chantera-t-il avant de repartir, à peine une minute après son arrivée. Dommage, on en aurait bien entendu plus, mais on se console vite en sachant qu'il sera au Djoloff le week-end prochain, toujours avec le Guiding Star soundsystem. Cette apparition a une nouvelle fois « ébouillanté » la foule - alors que l'ambiance semblait avoir atteint son maximum depuis un moment - et Sugar Minott reprend le micro pour chanter « Pass the dutchie pon the left hand side », suivi d'un nouveau « dubplate live & direct » pour le Guiding Star.
Toujours dans ses classiques, il nous chante son "Come On Home" sur le magnifique riddim "Queen Majesty", puis reprend le "Bobby Bobylon" - il nous expliquera ensuite que c'est lui qui a fait cette chanson pour Freddie Mc Gregor...
La revisite des classiques terminée, Sugar Minott passe au brand new : un cut sur le Drop Leaf, étonnant mais très bon, même si sa voix commence à s'essouffler dans les aigus. Ensuite vient le Hard Times, joué pour une troisième fois dans la soirée, toujours bien mais on s'éloigne quand même un peu trop brutalement du style majeur de son show...
A 2h20, Sugar Minott salue la foule et se retire sous les hurlements des massives; il ne reviendra pas, et c’est Jakob qui finira la session seul jusqu'à 3 heures du matin, sur un style très dancehall...

Une énorme surprise, et une soirée d'au moins la taille de celle-ci!
Big Up à 12 prod, particulièrement Original Ninjah pour sa gentillesse, Medhi pour m'avoir donné de son temps le lendemain, aux JAHSounders présents, Sanders, et à tous les massives qui sont venus pour cette BIG soirée en compagnie de Sugar Minott...

No votes yet.
Please wait...