the heptones

The Heptones @ Le Cabaret Sauvage (75)

Samedi 12-11-2005
Le Cabaret Sauvage - Paris (75)

Même si les dernières apparitions, plutôt courtes, des Heptones en France avaient laissé un goût d’inachevé à leurs fans, l’affiche, cette fois-ci, semblait à la hauteur de leur talent. Seuls artistes programmés pour ce concert qui devançait le deuxième volet des Dub Meetings, on pouvait s’attendre à une prestation digne de ce nom. De plus, la salle, toujours magique, du Cabaret Sauvage et le fait que leur performance soit enregistrée pour un album live tendaient aussi vers cette logique.

Programmée à 20h, l’ouverture des portes ne se fera que trois quarts d’heure plus tard, laissant les massives se réchauffer comme ils le pouvaient à l’extérieur de la salle. Une fois à l’intérieur, le concert ne commencera qu’à 21h20 avec l’entrée sur scène d’Artikal, backing-band de la soirée. La salle se chauffe sur quelques titres chantés par le percussionniste d’Artikal dans un style Ragga plutôt entraînant même si évidemment les massives font plus de bruit pour faire appel aux Heptones que pour reprendre les lyrics d’Artikal.
Puis, les deux hommes tant attendus arrivent enfin. Leroy Sibbles, entièrement vêtu en blanc, et Barry Llewllyn, en noir de bas en haut, s’avancent sous les clameurs du public. Leur show commence très vite fort en intensité et la cohésion avec la salle se fait naturellement tandis que les big tunes ("Hypocrite", "Mama Says", "Cool Rasta"...) se suivent avec le même enthousiasme.

Leroy Sibbles assure le chant sur quasiment tous les titres tandis que son compère Barry se contente des chœurs sauf sur deux chansons dont l’inévitable "Book Of Rules", qu’il chantera (et dansera) avec tant de joie qu’on en oublie vite son relatif retrait dans leur duo. Vocalement toujours impeccables, les deux hommes offrent une excellente prestation accompagnée d’une envie et d’un plaisir visibles et contagieux.
Quelques problèmes techniques viennent légèrement entacher la performance des Heptones (et du coup l’enregistrement du live aussi!) ce qui nous laisse apprécier l’aimable caractère de Leroy Sibbles envers l’ingé-son. Un mal pour un bien puisque lorsque Leroy voit son micro coupé, la salle déjà bouillante, explose littéralement et le retour du son donne droit à un ENORME pull up.
Le show durera au total une heure et demie, un minimum sans première partie, et verra s’enchaîner bien d’autres hits tels que "Love Won’t Come Easy", "What Is Mine", "I Got A Feeling" ou encore "Only Sixteen". Suivra un rappel de deux titres pour conclure avant de laisser place au Dub Meetings #2.

Au final, The Heptones ont livré une prestation digne de leur standing, vocalement impeccable, appuyée par une excellente cohésion avec le public. Même si certains regretteront le manque de cuivres du backing-band Artikal, l’album Live qui devrait en résulter vaudra sûrement son pesant d’or.

No votes yet.
Please wait...