leroy sibbles

The Heptones + Pablo Moses + Apple Gabriel @ Le Bataclan (75)

Samedi 05-02-2005
Le Bataclan - Paris (75)

C'est au Bataclan que se joue l'affiche de ce soir. Cette salle de 1500 places offre une configuration excellente : le bar à l'entrée, sur une estrade, et une fosse un peu plus longue que large; le tout surplombé d'un balcon avec des fauteuils confortables. Mais c'est évidemment en bas, au plus près de la scène que je m'installe alors que la salle est encore vide (cela ne fait que 10 minutes que les portes sont ouvertes). Très rapidement la salle va se remplir de petits groupes assis par terre et un épais brouillard se forme. Il est à peine 20 heures et cette fois, tout le monde doit se lever car le public continue d'affluer et termine de remplir la fosse.

Le backing Band The Revolutionary Dream Band se met en place tranquillement en expliquant qu'ils vont jouer un premier morceau seuls, à la gloire de Studio One. Ce qu'ils font et le public est immédiatement réceptif, l'ambiance est bonne. Un bon concert roots semble s'annoncer. Mais un bon concert roots c'est souvent quelques accrocs : le premier, connu depuis la veille c'est que Winston Jarrett ne participera pas à la tournée, resté aux Etats Unis, sur conseil de son avocat, nous dit on. Et un second accroc, c'est que les Heptones, premier groupe à devoir passer sur scène sont en retard... Mais comme le bassiste du backing band annonce qu'ils vont arriver très vite, il annonce un nouveau morceau seuls. A la fin de celui-ci, rien de nouveau apparement pour les têtes d'affiches car le backing band se retire. Le guitariste revient très vite sur scène et comme il faut occuper l'attente, il se lance, seul, pour "Redemption Song", "électrique" mais réussi, et même si pendant le reste du concert les choeurs seront laissés au premier clavier (qui assurera aussi quelques solos de saxophone, pas assez à mon goût) et au bassiste du groupe, le guitariste chante plutôt bien lui aussi.
Toujours personne, alors le reste du groupe étant revenu sur scène, et le public commençant vraiment à s'impatienter, ils vont nous jouer un autre classique "Crazy Baldhead", excellente version. Pas d'annonce cette fois, le groupe enchaîne tout de suite un nouveau morceau, mais en changeant complétement de style. Quel guitariste, gaucher avec une guitare de droitier montée à l'envers et son look disons "psychédélique", aurait pu s'abstenir d'une reprise de Jimi Hendrix ? Pas lui, et nous aurons donc droit à un très bon "Hey Joe" et en plus il trouva du soutien dans la salle!

Cela fait juste un peu moins d'une heure que le backing band chauffe la foule et combiné au chauffage de la salle, on peut dire que tout le monde est prêt : à point. Mais cette fois, les Heptones sont là. Et on sent qu'ils viennent d'arriver : Leroy Sibbles arrive sur scène d'un pas très déterminé et prend tout de suite le micro pour saluer le public et s'excuser du retard. Barry Llewellyn le suit de près et s'installe tout suite car le premier morceau vient de se lancer. Leroy Sibbles va ensuite empruntrer son instrument au bassiste. L'occasion pour lui de nous rappeller que c'est en tant que bassiste qu'il a connu ses premières heures de gloire, et il illustre ses propos avec deux de ses plus célèbres compositions : "Satta Massagana" et "Pass The Kutchie".
Leroy Sibbles chante toujours aussi merveilleusement bien, il danse, il joue beaucoup avec le public, tout le monde en redemande!
Parmi leurs plus grands morceaux joués ce soir, il faut noter un excellent "Book Of Rules", j'en frissone encore... plus une reprise de Toots & The Maytals; tous les ingrédients d'un show énorme, mais chaque morceau est écourté pour ne pas trop pénaliser les artistes qui vont suivre...

Et la suite, après environ 45 minutes de show des Heptones, c'est Pablo Moses qui va l'assurer. Et à plus de 50 ans, ce grand artiste roots va enflammer la salle. Un titre de présentation "I Am A Rastaman" et son set est lancé. Il semble vraiment heureux d'être là et dépense énormément d'énergie pour assurer un show qui ferait presque oublier qu'il n'est pas le seul artiste ce soir. Il jouera aussi d'autres titres, 7 ou 8 en tout, faisant une pause entre certains morceaux pour quelques louanges, et quand il quitte la scène, environ 1 heure après y être monté, le public n'est clairement pas d'accord! Et un rappel plus que vigoureux se faire entendre. Pablo Moses reviendra alors interpréter 2 morceaux, dont un "Ready, Aim, Fire" détonnant!

C'est un peu avant 23 heures qu'Apple Gabriel, ex Israel Vibration arrive sur scène. Il va assurer également environ 1 heure de show, mais presque en demi teinte finalement après l'énergie qui s'est dégagée jusqu'à présent. En effet, Apple Gabriel va chanter les meilleurs morceaux de son ancien groupe entre autres, il va même danser un peu, mais vraiment il plane une atmosphère où tout rappelle Israel Vibration, mais dans laquelle on ressent vraiment un manque de ne pas entendre Wiss et Skelly... Ceci dit, cela ne doit pas fausser la prestation d'Apple Gabriel, qui fût quand même très bonne et a bien fait danser la salle.

Une très bonne soirée passée au Bataclan, big up SIPE Production et big up à mes deux compères amateurs de Roots...

No votes yet.
Please wait...