mcanuff bazbaz

Winston McAnuff & The Bazbaz Orchestra @ Le Réservoir (75)

Mardi 28-06-2005
Le Réservoir - Paris (75)

En cette fin de mois de juin, un rendez-vous d’exception m’amenait dans les rues de Paris, au Réservoir, bar du 11e arrondissement, d’autant plus vite que la pluie détrempait tout piéton s’attardant un peu trop à l’extérieur.
L’artiste du soir est Winston McAnuff, déjà apprécié en acoustique lors des dernières Zicalizes, accompagné du Bazbaz Orchestra, du nom de l’organiste Camille Bazbaz, qui a contribué à l'excellent dernier album du chanteur : A Drop (Black Eye). Je dis excellent parce que j’ai beaucoup aimé ce son, rappelant d’autres unions du même genre (Horace Andy et Massive Attack...), et cela tombe bien car ce concert doit en assurer la promo.
Rafraîchie par la clim’ (brrr), la clientèle du Réservoir patiente tranquillement dans cette ancienne distillerie au décor pittoresque et aux cuves toujours pleines, semble-t-il. La scène n’est alors occupée que des instruments du Bazbaz Orchestra : orgue, amplis, pédales d’effets de tous types, batterie... en attendant l’entrée des quatre musiciens.
La section rythmique assure le one drop avec Yarol Poupaud, ancien de FFF, à la basse et Christiane Prince à la batterie; les claviers de Camille Bazbaz ainsi que la guitare de Jérôme Pérez prennent en charge quant à eux les mélodies envoûtantes qui font le charme de l’album.

McAnuff, plus électrique et dread que jamais, entre en scène sous les cris des spectateurs qui se sont massés au plus près de la scène, désireux de vivre l’intimité du show, et commence par trois titres plutôt « Rock Reggae », histoire de séduire un public plutôt hétéroclite : "Sentenced", suivi de "Devil My Roar", occasion pour McAnuff de remercier le Seigneur et de la ballade "Mother Africa" dont le refrain est déjà connu de beaucoup : « A, B, C, D, E, F, G, H, I love you... »
Mais le « Roots Rock Reggae » emplit bientôt la salle et les oreilles quand survient un des titres phare du LP: "Rastafari Is His Name". Manquent évidemment les percus binghi de Chinna, présents sur le LP, mais la batteuse le remplace merveilleusement bien. Le solo d’orgue de Bazbaz est bien tripant, et son jeu en général.
"Rock Steady", "You’ll Make It", "Reggae On Broadway" séduisent également le public qui n’en peut plus de s’époumoner quand entre sur scène un guest surprise : U-Brown ! Le duo qu’il assure avec Winston McAnuff sur "Sort Me Out" est détonnant. « Mister Chirac sort us out ! »

Le backing band enchaîne avec "Common Sense", qui donna lieu à une brève mais exceptionnelle session Dub Steppa qui mit tout le monde d’accord !
Non content de cette session, Winston revint sur scène, et termina avec les quatre titres qui manquaient pour que l’album fût joué en entier.
Très bon concert donc, big up aux artistes, au public bien irie quoique guère high, aux organisateurs, Makasound, le Réservoir et en espérant que Winston McAnuff continuera fréquemment de propager son « Electric Reggae » sur les scènes françaises.

No votes yet.
Please wait...