jamika

Zenzile @ La Maroquinerie (75)

Vendredi 15-04-2005
La Maroquinerie - Paris (75)

20ème arrondissement : La Maroquinerie, le flyer annonce 21 heures et pourtant arrivé sur place à l'heure, la première partie est quasi terminée : Moon, le selecta de Zenzile est aux platines pour une sélection plus Funk que Reggae ou Dub... La salle est pleine (environ 400 personnes) et le show va pouvoir se lancer très vite. Une pause brève sera comme le signal pour les massives présents ce soir de se lever et de laisser entrer ainsi les derniers arrivés.
Werner, le batteur viendra vérifier que tout est en place autour de son instrument, la salle gronde. Fausse alerte : il faudra patienter encore un peu pour voir le groupe au complet monter sur scène. C'est chose faite une dizaine de minutes plus tard, Matthieu, Raggy et les autres se mettent en place. Le bar, inaccessible pendant la première partie, se vide très rapidement et il devient quasi impossible de se mouvoir dans la fosse de la petite salle de ce soir.
Zenzile est bien là pour présenter son nouvel album, mais il n'oublieront pas non plus de faire plaisir à leur fans avec les anciens morceaux qui ont fait d'eux ce qu'ils sont aujourd'hui : la référence française du Dub ! Le show s'ouvre sur "Lacrima", titre bien connu extrait de l’album Totem et très apprécié dans la salle, le public présent ce soir est vraiment fan et connait tous les morceaux du groupe, des anciens albums mais aussi du nouveau et il réagit dès les premières notes de chaque titre. Le second morceau, Pirates extrait du nouvel album fonctionne tout aussi bien.

C'est ensuite les notes du morceau "Antibass Neighbouhood" qui résonnent et ensuite "Slam". Alors la poétesse américaine Jamika Ajalon viendra rejoindre le groupe angevin sur scène pour adoucir de sa voix envoûtante les morceaux joués très "métal" ce soir... Et la recette fonctionne à merveille : on obtient une ambiance Trip Hop fantastique, avec des jeux de lumières simples mais qui collent parfaitement à l'ambiance. Jamika va faire voyager la salle de ses mélodies et les morceaux "Love Child" et "Airport Lights" transporteront tout le monde dans l'univers de Zenzile.
Deux des musiciens sont multi-instrumentistes, en plus de Raggy qui est capable de combiner Saxophone, flûte traversière et percussions, Vince, clavier du groupe jouera aussi du melodica et de la guitare sur quelques morceaux.
C'est ensuite un autre invité que Matthieu nous annonce : il s'agit également d'un chanteur qui les accompagne souvent, Sir Jean, chanteur de Meï Teï Shô qui apportera quant à lui une énergie impressionnante : il court, il saute, il danse, il n'arrête jamais. Inphotographiable !
Mais peu importe : "Sorenama", "Sleepless Night" s'enchainent et très clairement Jean est là pour donner du plaisir, en prendre aussi mais avant tout enflammer la salle ! Et il y parvient, sans trop de mal, le public est vraiment réceptif et devient vite aussi agité que Jean.

Déjà les deniers morceaux qui se font entendre, après "Axis" Zenzile quitte la scène avant de se faire chaudement rappelé, très chaudement, sûrement les conséquences du succès du bar en début de soirée...
Le groupe va donc revenir rapidement, quelques dizaines de secondes seulement après être sortis. Ils vont jouer 3 derniers morceaux dont un nouvel extrait de Modus Vivendi : "Up Is A Long Way"...
Un très bon concert, malgré une salle peu adaptée, apprécié de ceux qui découvraient Zenzile comme ceux qui les suivent depuis longtemps. Ils se font plaisir sur scène et sont réellement en harmonie, cela se ressent dans le son et dans l'ambiance générale qui s'en dégage. Que dire ? Merci Zenzile !

No votes yet.
Please wait...